eclairage cathedrale - roland narboux - Bourges Encyclopédie

 

 WIKI _ BOURGES
L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES

 RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2019
 

LE SOMMAIRE
DE CERTAINS ARTICLES
 
Ils sont nés à Bourges,
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIs
Monuments Historiques Classés
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

 

Retour en page d'accueil

 La Cathédrale de Bourges dans le noir !

L'éclairage de la cathédrale dans les années 2020 : vaste sujet, voici un article de l'Encyclopédie ne se veut pas polémique, mais il veut comprendre pourquoi, au mois de janvier 2024, la Cathédrale Saint-Etienne de Bourges illuminée la nuit pour la population et les touristes s'est éteinte.

Il s'agit du Texte qui reste "à suivre" .


L'éclairage de la cathédrale dans les années 2020 : vaste sujet.

Les faits bruts

Une approche datée du 5 février 2024 qui cherche à faire le point d'une bien, triste situation où se mêle des éléments techniques et de sécurité dans un temps de suspicion et de querelles politiques.

C'est par le journal local, que l'information, reprise par les réseaux, que la population va apprendre dans les derniers jours de janvier 2024 que l'éclairage extérieur de la cathédrale sera arrêté, ce qui fut fait quarante-huit heures après l'annonce.

Dans un premier temps les causes de cette mise dans le noir sont relativement floues. C'est un joli tohu bohu, et toutes les opinions vont rapidement s'opposer avec des arguments parfois fallacieux :
- il y a ceux qui n'y croient pas, " encore une " fake-new " pour reprendre une formule de l'époque.
- il y a certains qui pensent que ça fera des économies.
- d'autres qui trouvent qu'il n'y a personne à 23 heures à venir admirer la cathédrale.
- d'autres trouvent inadmissible que le fleuron patrimonial de Bourges soit désormais dans le noir.

Et puis le pourquoi arrive lentement où se mêle une incompétence de beaucoup sur le sujet et des arrières pensées politiques ou idéologiques. Les réseaux sociaux se déchaînent, avec un langage pour défendre le maire et les élus sous couvert d'anonymat.

La cathédrale appartient à l'Etat, et donc elle est placée sous la responsabilité du Préfet du Cher, Monsieur. Maurice Baratte depuis le 23 aout 2022 il avait succédé à M Jean Christophe Bouvier qui était en place depuis février 2020. Les préfets sont assistés dans ces domaines complexes du patrimoine de la DRAC, Direction Régionale des Affaires Culturelles.
Le maire de Bourges depuis mai 2020 est M Yann Galut, il avait succédé à M Pascal Blanc.
Quant au curé de la cathédrale il s'agit de M Stéphane Quessard en poste depuis 2015.

La mise en lumière et la cathédrale dans les années 1995

C'est en 1998 et 1999, que fut décidée la mise en place d'un parcours-spectacle appelé " Les Nuits Lumière de Bourges " incluant des monuments emblématiques comme l'Hôtel des Echevins ou celui des frères Lallemant et la cathédrale fut bien entendu intégrée à ce projet qui beaucoup appelleront le circuit de petites lumières bleues ".

Les créateurs furent Philippe Noir et Christine de Vicher son épouse, des artistes géniaux, pleins de culture et de sensibilité.

 

La cathédrale bénéficia d'une étude complète de mise en lumière par Pierre Bidault, le grand éclairagiste européen à qui on doit dans ces années, l'éclairage de la Tour Eiffel, du Mont Saint Michel, d'Azay les Rideaux ou encore du Parthénon à Athènes, c'était du bel art, et c'est ainsi qu'un accord, qu'il faudrait retrouver et relire, entre l'Etat et la Ville avec accord du clergé, affectataire, qui permettait de réaliser les travaux de mise en lumière de l'édifice classé à l'UNESCO

La société AEB, PME locale, fut choisie pour effectuer les travaux sous la surveillance de Pierre Bidault, avec les créateurs Philippe Noir et Christine de Vicher qui avaient créé la petite société " Itinérance ", toujours très présents.
Côté ville, c'est Alain Meilland avec l'apport technique de Philippe Moreux, qui assura la responsabilité de cette mise en lumière, alors que Dominique Bardin gérait la partie installation pour les AEB.
Le maire de l'époque était Serge Lepeltier, l'adjoint à la culture était André Margottin, et j'étais ( Roland Narboux) adjoint au Tourisme.

Des kilomètres de fils électriques des centaines de projecteurs, des armoires de dérivations, des systèmes de sécurité-incendie, bref, tout fut mis en place pour donner à l'édifice la beauté qu'il va conserver pendant 20 ans, et les résultats visibles dans la nuit du 31 décembre 1999 au passage de l'an 2000 avec la présence du préfet Bernard Thomasini, furent loués de toute la population.
Ce fut un grand moment pour Bourges !

Un chef d'œuvre d'éclairage, avec cette notion de lumière qui montait au ciel, une élévation de la lumière, saluée par le père Massip, curé de la cathédrale. La toiture était éclairée avec une lumière rasante, du jamais vu sur une cathédrale en France.

 

Un beau succès, on voyait la cathédrale à plusieurs lieux à la ronde en arrivant sur Bourges et place Etienne Dolet ou devant le parvis ou encore derrière le chevet, tout était beauté la nuit.

Ce fut assez proche des aquarelles qui vont servir au choix de l'éclairage.

Plus de 20 ans passèrent

Dans les années qui suivirent cette nuit magique du passage à l'an 2000, la beauté de la cathédrale la nuit na va pas bouger, la présence des concepteurs, d'Alain Meilland et de Philippe Moreux, avec toujours les AEB permettront de résoudre mille et un problèmes.
Ainsi, Etat, Ville et Clergé trouveront les moyens de maintenir en l'état et en lumière ce qui faisait la beauté de Bourges dès la nuit tombante.
Les images prises la nuit circuleront par le Web dans la planète entière, et les clichés de Laurence Javal

Les portails du parvis

Pendant plus de deux décennies, il existait un contrat de maintenance et d'entretien confié aux AEB, par la Ville, et de manière permanente, en particulier pendant la saison touristique, Dominique Bardin et ses équipes avec Philippe Moreux vont maintenir en bon état ces lumières extérieures de la cathédrale, celles des Nuits lumière.

Ce système s'est poursuivi après le départ de Serge Lepeltier comme maire après 19 ans de fonction et ce fut l'arrivée à l'issue des élections municipales de 2014 de Pascal Blanc et de son équipe.

De plus de l'an 2000 à 2019, selon les informations en notre possession, mais qui demandent à être précisées avec des documents et pas par des affirmations plus ou moins précises ou tronquées, il n'y eu aucun problème particulier de fonctionnement ou de sécurité, c'est la ville qui payait la facture EDF de cette partie de l'éclairage de la cathédrale.

Malgré quelques pérégrinations sur l'avenir des Nuits lumière dans les années 2018 et une volonté de l'adjoint PA Guinot, " de changer tout ça ", car " c'était ringard " Ha bon ? Le circuit et les scénographies furent changées, mais l'appellation Nuit-lumière et le parcours-spectacle, même modifié restait un point fort touristique, on peut même penser qu'elles furent sauvées par quelques amoureux du patrimoine avec Bruno Lageline et quelques manifestations et le maire d'alors Pascal Blanc imposa les nouvelles Nuits lumière en vidéo-mapping.
Mais tout cela n'affectait pas la cathédrale version Pierre Bidault et rien ne fut semble-il modifié, si ce n'est quelques soirées temporaires avec des lumières sur la grande façade assez curieuses.

L'éclairage de la toiture avec plusieurs centaines de projecteurs nécessitait un entretien permanent et un changement coûteux d'ampoules et de matériels, appelés " consommables " qui devaient être stockés aux AEB.

 

2020, nouvelle époque nouvelles équipes de l'Etat et de la Ville

La vie politique et démocratique se poursuit et à partir de l'élection municipale en 2020 de la nouvelle équipe de Yann Galut à la Mairie, comprenant quelques élus de tendance écolo pour lesquels toute lumière publique ou privée est néfaste pour le climat et pour la planète.
De même du côté de l'ABF ou de la DRAC, illuminer les bâtiments peut poser des questions.

Yannick Bedin a apporté quelques réponses aux nombreuse questions qui se sont posées :
" Je me permets de reproduire quelques faits chronologiques qui montrent que la Ville de Bourges avait anticipé ".

Août 2020, un contrôle APAVE réalisé à la demande de la ville et donc de la nouvelle équipe municipale montre de nombreux dysfonctionnements mettant en risque l'intégrité du bâtiment avec un fort risque de court-circuit/incendie.
La ville, de son côté a cherché à partir de l'automne 2020 des lignes d'économie, ce qui est légitime, et il y eut des interrogations sur le paiement d'un éclairage pour un bâtiment qui appartient à l'Etat.

En novembre 2020, c'est un avis défavorable de la commission de sécurité.

En décembre 2020, un courrier de l'ABF officialise la reprise en charge de l'éclairage patrimonial (un courrier a été donné ?).

A partir de décembre 2020, c'est le flou qui s'installe et voici une première approche qui demande à être confortée avec des documents, la transparence est plus que jamais nécessaire.

Le 21 avril 2021, l'ABF contacte la ville pour l'alerter sur les conditions électriques de la cathédrale liées au parcours des Nuits lumière, il semble bien que l'ABF ne voulait plus que les agents des AEB interviennent sans cesse et librement dans la cathédrale. Ils avaient les clés et devaient rentrer dans la cathédrale pour allumer les Nuits lumière.
Une visite nocturne fut faite à la fois par la Ville de Bourges et l'ABF, avec la présence de l'entreprise AEB pour étudier les points les plus urgents à traiter.
Le devis effectué par les AEB a alors été transmis à l'ABF pour mise en œuvre. Puisque l'Etat et donc l'ABF avait repris à son compte l'éclairage patrimonial.

En juillet 2021, se déroula sans trop savoir pourquoi une première " extinction " de l'éclairage et la ville, à la veille de la saison touristique était intervenue auprès de l'ABF pour obtenir un rallumage partiel de l'édifice
C'est à la saison 2021, que les chapelles latérales n'ont pas été éclairées et une partie (haute) de la façade et il semble que l'on ne voyait plus les vitraux de l'église basse.
Pour sécuriser tout le monde, une expertise est lancée pour faire un état des lieux des installations électriques par les AEB, un expert judiciaire CERES CONCEPT et l'ABF est fait très vite et met en évidence des problématiques de sécurité : spots et fils dans l'eau, fils dénudés, installations difficilement accessibles, déjections de pigeons endommageant le matériel...résultat un peu alarmant.

En 2022 lors du contrat d'entretien des Nuits Lumière, conformément au courrier de l'Etat de 2020, le nouveau contrat ne va plus inclure la Cathédrale.

A la fin de 2023, la décision de la fin de l'éclairage patrimonial de la cathédrale est prise par l'ABF et la Préfecture.
En janvier 2024 : la Cathédrale est dans le noir. Bourges-info.com du 1 er février 2024

Encore des zones d'ombre dans ce dossier

Pour une personne proche du dossier de cette époque, " L'idée était de faire un groupe de travail pour réfléchir à la suite pour ne pas pénaliser l'aspect touristique et de mise en valeur patrimonial et de voir comment la mairie pouvait influencer dans les choix d'éclairage de l'Etat. Dans mon souvenir, aucune proposition côté ABF n'a été faite...pas de relance côté mairie, ce n'était pas leur préoccupation première. Je pense que la majorité en place souhaitent de la sobriété pour les animaux de la cathédrale et pas trop d'investissement pour la cathédrale "
Il reste encore quelques zones d'ombre mais on peut avancer quelques hypothèses sur ce qui s'est passé.
- Un appel d'offre pour l'entretien aurait été lancé et le résultat écartera les AEB, alors qu'une autre firme était sur les rangs.
- Ne trouvant pas de solution il fut décidé de faire l'entretien et les réparations éventuelles comme les changements de projecteurs en régie.
- Cela va permettre de maintenir les éclairages pour les trois saisons de 2021 à 2023.
- Bien sûr, on voyait, sans être spécialiste, que certains soirs , la cathédrale était en partie ou en totalité pour plusieurs heures dans le noir, ce sont des choses qui arrivent.
- Et ce serait à l'automne ou au début de l'hiver 2023 que des réunions se firent entre la mairie et la préfecture. Que s'est-il dit ? On peut penser que le maire et le préfet, ou leurs équipes respectives ne se sont pas mis d'accord, qu'une vérification sur le terrain pour la sécurité , appelle " le syndrome Notre Dame de Paris" a joué , et chacun " a repris ses billes" pour le dire vulgairement, le préfet a gardé sa cathédrale et la mise en lumiere n'est pas son problème, le maire n'a pas vu le possible impact négatif de la part de la population et des touristes, tout auréolé du succès de Bourges capitale européenne de la culture pour 2028. Et avec l'accord d'une élue écologiste de la ville, la lumière de la cathédrale s'est éteinte.

 

Voilà l'Histoire telle que l'on pourra l'écrire après quelques modifications et ajouts suite à des documents et explications qui nous seront donnés.
Déchainement sur Facebook de début février 2024

Les amis de la cathédrale font entendre leur voix, timide :
De passage ce soir au chevet de la cathédrale, quelle tristesse de la voir plongée dans le noir. Nous savons bien que l'électricité coûte cher mais l'éclairage de quelques heures en début de soirée serait la bienvenue. Pas terrible pour notre ville qui se veut future capitale européenne de la Culture et qui n'éclaire même pas son monument emblématique classé à L'UNESCO !

Pour Anne Sophie, voici ce que dit le Berry Républicain :
La décision a été prise de la plonger dans le noir pour des raisons de sobriété énergétique selon la préfecture du Cher, mais aussi en raison de " non-conformités " du système d'éclairage selon la Ville.

Yannick Bedin Maire-adjoint de Bourges à la culture :
La Ville de Bourges - Officiel n'a aucune responsabilité dans la situation que vous décrivez et n'a de cesse comme l'a rappelé le maire Yann Galut de réclamer de l'Etat une solution rapide.

Une réponse de Guy Dessenne est alors publiée :
" Je n'ai aucune raison de rendre la mairie de Bourges responsable de cette situation, j'aimerai seulement savoir sur quel texte s'est-on appuyé pour prendre une aussi absurde décision et qui en est l'auteur. "

Il n'est pas possible de publier tous les messages sur facebook et autres réseaux sociaux, ils sont souvent grossiers, partisans, et n'apportent rien à la compréhension de cette lamentable affaire.

On retiendra un communiqué de presse de la Ville posté par un élu de l'équipe de Yann Galut, Pierre Henri Jeannin :
Bourges, le 22/01/2024
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Eclairage patrimonial de la cathédrale
Pour un retour de son illumination la nuit
La cathédrale Saint-Etienne de Bourges n'est plus illuminée la nuit suite à une décision de l'Etat. La Ville de Bourges se positionne pour un retour de son éclairage nocturne.
La cathédrale de Bourges est un patrimoine essentiel, un des plus beaux fleurons de la ville. L'extinction de son éclairage nocturne est une décision de l'Etat, justifiée par une politique de sécurité électrique.
Le Maire, Yann GALUT, et la majorité municipale sont favorables à sa mise en valeur et souhaitent fortement le retour de l'éclairage patrimonial nocturne de l'édifice le plus rapidement possible, une fois que les travaux de mise en conformité auront été réalisés.
Le Maire a exprimé ce souhait à Monsieur le Préfet du Cher lors d'une réunion bilatérale en début d'année. Le Maire rejoint la proposition de Monsieur Bernard Brossard, Président de l'association des amis de la cathédrale de Bourges, et mettra tout en œuvre pour que la cathédrale soit à nouveau illuminée la nuit.

Pour Bruno Lageline ;
Mon sujet reste la réflexion qui précède la décision d'enlever les lumières.
Depuis 2 ans, l'extinction est programmée, sans que la mairie soit informée de la date. Pourquoi cette collaboration avec l'état n'a pas débuté en 2022, ce qui aurait évité cette période sombre ?

Bruno Lageline poursuit dans une réponse à l'adjoint à la culture :
A Yannick Bedin Maire-adjoint de Bourges à la culture :
Bonjour Yannick, je comprends ce positionnement, bien que Corinne Trussardi affirme que la décision a été prise en concertation avec la mairie.
D'autre part, si cette décision a été prise il y a 2 ou 3 ans, pourquoi attendre que la presse dévoile cet enlèvement et n'avoir pas travaillé sur le sujet en amont ?
On est dans la même ligne de conduite que pour les musées, on ferme puis on réfléchit.
Il y a truc qui m'échappe...
Je n'aurais jamais cru un jour que les musées fermeraient ou qu'on plongerait la cathédrale dans le noir.
Y a t il d'autres projets aussi aberrants qui vont arriver ? Je suis très inquiet...

Pour une spécialiste des Nuits lumière :
L'ABF nous a dit ces mois derniers, qu'aujourd'hui les politiques de l'Etat, en matière d'éclairage patrimonial, est à la sobriété. Point de vue partagé par la directrice des musées et l'équipe politique, présente ce jour-là à une réunion sur le sujet de l'éclairage de la cathédrale.

Pour beaucoup de Berruyers, ce qui se passe entre la Mairie de Bourges et l'Etat, c'est gribouille et compagnie.

Rappelons les acteurs de cette malheureuse affaire :

Le maire de Bourges est Yann Galut, en place depuis mai 2020.
L'adjoint à la culture est Yannick Bedin

Le président des Amis de la Cathédrale est M Bernard Brossard. L'association ne s'est pas beaucoup mobilisée.

Le préfet du Cher est M Maurice Baratte depuis le 23 aout 2022.

L'ABF Chef de service, architecte des bâtiments de France est depuis juillet 2019, Valérie Richebraque, elle succède à Paul Carvès. Sa mission : veiller à la conservation du patrimoine du département et accompagner ses évolutions.

 

Une première conclusion

Comme le dira un membre du Vieux Bourges Plus, " une fois encore, on entendra le c'est pas nous c'est les autres ", et dans ces querelles entre l'Etat et la Ville, " il n'y en a pas un pour rattraper l'autre ".

Il ne faut pas se plaindre, la cathédrale en lumière par Pierre Bidault a été vue par plusieurs millions de personnes pendant près d'un quart de siècle.

Ce n'est pas grave, chacun peut la retrouver dans toute sa splendeur, sur son I Phone, c'est le monde d'aujourd'hui, du virtuel ! Et ça semble suffire à beaucoup de monde.

 

A SUIVRE

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

Vous avez une question à poser : cliquer ici >>>