Les Etablissements Militaires de Bouges - Roland Narboux - Bourges Encyclopédie

L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

LES ETABLISSEMENTS MILITAIRES DE BOURGES
Par Roland NARBOUX

Les Etablissements Militaires de Bourges ont eu une importance considérable dans la vie Berruyère et reste un des derniers pôles de l'industrie du département du Cher..

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2011

 

La ville de Bourges, depuis 1860 est devenue une grande "cité militaire", et pendant un siècle et demi, la ville et le département du Cher ont vécu de la mono industrie : celles relatives à l'armement.

Depuis 1990, c'est la chute, lente mais inexorable de ces industries.

Dans ces industries militaires, il est possible d'évoquer depuis 1860 :

- l'ABS, EFAB, GIAT, GIAT-INUSTRIE en savoir plus >>>cliquer
- la pyrotechnie, ETBS
- l'ESAM en savoir plus >>>cliquer
- AVORD
- la SCAN, NORD AVIATION, Aerospatiale, MBDA >>>cliquer
 
Lire aussi LAHITOLLE


LES PREMISSES

A l'origine, il y a une position géographique favorable, par rapport à Paris, les autorités pensant que le Berry et Bourges pouvaient constituer une excellente zone de replis. Lorsqu'en 1793, il y eut, en pleine Révolution des tensions à la Convention, pour éviter de subir les pressions de la rue parisienne, plusieurs Conventionnels demandèrent que la Convention, c'est à dire les Députés soient à Bourges et non à Paris.
Plus tard, en 1815, c'est à dire à la fin, Napoléon premier, qui n'est jamais venu à Bourges dira de la ville : "c'est un important centre stratégique".

Cette notion de réduit stratégique va occuper plusieurs hommes politiques à partir de 1830. Deux noms sont à mettre en avant :
- le colonel Marnier, chef de cabinet du ministre de la guerre, originaire de Bourges, il voit cette région du et la frontière de la Loire, comme un bienfait.
- le maire Mayet Génétry, mobilise la population pour avoir le financement d'un polygone de tir. Son objectif est de permettre l'installation à Bourges d'un régiment d'artillerie. Il faut construire un réduit naturel et stratégique au centre de la France disent ces deux hommes.
La municipalité intervient pour le financement, et Bourges, en 1837 se retrouve avec un Régiment d'Artillerie, avec 1400 hommes et 1300 chevaux.

C'est dans le même esprit qu'en 1845, Bourges obtient son dépôt d'artillerie.
Avec l'arrivée du Chemin de Fer (1847), la ville peut progressivement se transformer en un vaste arsenal dans lequel les armées viendraient "s'alimenter en matériel et munitions".

1853, c'est la création du premier polygone de tir, il a 2 Km de long.

Il y a une volonté unanime des représentants de Bourges pour demander au Ministère "l'organisation dans la ville de Bourges d'Etablissements Militaires".

DATE CLE : 1860, L'ARMEMENT S'IMPLANTE A BOURGES

La décision d'implanter les "établissements militaires" à Bourges date d'avril 1860.
La première réalisation comprend une Fonderie impériale de canons et les premières pièces sortent de Bourges dès 1867, pour le compte de l'empereur Napoléon III. La défaite consommée de 1870 transforme l'établissement en fabricant de canons, après avoir ôté le qualificatif d'impérial. C'est au début du siècle que le nom de ABS (Atelier de construction de Bourges) devient familier des Berruyers.

A la même époque lointaine, vers 1870; une Ecole de pyrotechnie s'implante à Bourges en venant de Metz, elle s'appellera l'ECP (Ecole Centrale de Pyrotechnie).

Les deux entités fusionneront un siècle plus tard……, en 1967, pour devenir l'EFAB (Etablissement de fabrication d'armement), lequel, en 1994 s'appelle GIAT (Groupement Industriel des Armements Terrestres), puis GIAT-Industrie.


Parmi les grands faits de cette époque de l'avant-guerre de 1914 à Bourges, il y a l'évolution des Etablissements Militaires. Ils comprennent l'Ecole Centrale de Pyrotechnie, laquelle fut transférée de Metz à Bourges à la suite d'un Décret Impérial de 1860, mais l'installation effective ne date que de juin 1870.
Cette Ecole était chargée de l'étude de "tous les problèmes relatifs à toutes les munitions". Le personnel perfectionnait les procédés d'emploi des explosifs d'amorçage, et ils en assuraient la fabrication. Parmi les travaux, l'Ecole Centrale de Pyrotechnie s'efforçait d'assurer "toujours davantage la sécurité des ouvriers employés à ces manipulations et auxquels s'attachait la vieille légende du condamné à mort : c'est ainsi que l'on appelait l'ouvrier qui donnait la dernière main à la composition fulminante entrant dans les amorces".


Les Etablissements Militaires, c'était aussi à Bourges, l'Atelier de Construction de Bourges, qui vit le jour en 1860 ; il était alors appelé "La Fonderie Impériale de Canons de Bourges". A partir de 1870, tous les grands canons vont sortir de Bourges. Les matériels "Reffye" de 7 et de 8, la famille des "De Bange", construits en 5000 exemplaires, puis le 95 mm de Lahitolle, du nom d'un Ingénieur remarquable, Perrier de Lahitolle qui est le véritable "père" des constructions des canons de Bourges.


L'ETBS en 2009 :

L'ETBS Etablissement Technique de BourgeS a une emprise de plus de 200 hectares (très exactement 210) mais l'Etablissement possède un terrain qui est appelé le polygone de tir (ou d'essai) de 10 000 hectares.

Cette structure, mal connue des Berruyers, a été visitée par Hervé Morin le ministre de la Défense à l'automne de 2007.

Elle a pour mission d'être (et cela depuis 1872), un Centre d'Essais et d'Expertises dans le domaine de l'armement, avec les armes conventionnelles, comme les obus, canons, ... etc mais aussi depuis les années 1960, les engins spéciaux et les missiles.

En février 2009, l'ETBS compte un personnel de 800 salariés. et il y a plusieurs centaines d'essais en tout genre par an. (une estimation d'environ 800 essais).

Les travaux portent sur le VBCI (Véhicule Blindé de combat d'Infanterie), le canon de 155 appelé CAESAR, mais aussi les missiles comme le Milan, Hot, Eryx, qui sont des missiles antichars.

Dans le cadre du regroupement des structures industrielles et militaires, l'ETBS devrait recevoir entre 2009 et 2011, la STAT (Section Technique de l'Armée de Terre), très célèbre dans la profession, elle était à Sarory, proche de Versailles avec un transfert possible de 450 personnes.

D'autre part, l'ETBS va accueillir une partie des personnels de l'ETAS (Etablissement Technique d'Angers) spécialisés dans l'expertise, et cela pourrait être de 350 personnes.


      A l'été 2009, Tout se passe sans bruit, mais deux écoles de type militaire arrivent à Bourges.
      C'est d'abord l'Ecole du train qui s'occupe de logistique et de ravitaillement,
      Il y aura en plus environ 200 personnes qiui arriveront de Tours dans les deux ou trois ans à venir.
       
      L'ETBS qui emploie 750 personnes va augmenter ce chiffer (pas tout de suite) avec l'arrivée de personnel venant de l'ETAS d'Angers. Ce pourrait être un chiffre de 200 personnes.
       
      Mais le transfer le plus important comporte l'arrivée de 400 personnes venant de Sarory, appartenant à ce qui s'appelle la STAT c'est dans le cadre d'une restructuration de la DGA (Délégation générale à l'armement ) avec l'Armée de Terre.
       
      Dans le département, Avord aussi se développe et les effectifs actuels de 200 personnes pourrait passer à 2300, dans les tois ans, c'est à dire un "plus" de 100 personnes.
       
      Faites les comptes : 200 + 200 + 400 +100 = 900 personnes.
      Les premiers transferts ont été effectués cet été, pour la rentrée scolaire, comme toujours, et la suite devrait se poursuivre jusque vers l'année 2012.
       
      Certains estiment qu'ainsi, et sans compter l'ex GIAT (Nexter), ni MBDA, ce sont ainsi plus de 4500 personnes qui constituent à Bourges un grand pôle lié à l'armement.

 

 

A suivre

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici