urbanisme au XXI e s - Bourges - Roland Narboux - Bourges encyclopédie

L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

L'URBANISME DES ANNEES 2000 A BOURGES
Par Roland NARBOUX

Bourges et l'urbanisme de demain dans cet article consacré au Centre-ville, mais aussi aux lotissements dans la commune et au Plan de Renouvellement Urbain.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2009

L'urbanisme des années 2000 à Bourges semble marquer un virage intéressant, après les grandes périodes qui ont permis de construire Bourges-nord dans les années 1960, puis, la construction du Val d'Auron à partir de la fin des années 1970 et ensuite une période assez calme, avec pour caractéristique un manque de terrains disponibles pour construire.

             
L'évolution de 1985 à 2000 se caractérise par plusieurs phénomènes :
    - Une chute de la population de Bourges-Nord, avec le départ de personnes qui quittent le quartier, et vont faire construire dans les villages autour de Bourges, Marmagne, Berry-Bouy ou La Chapelle. La raison est double, le quartier devient pour certains difficile à vivre (bruits, incivilités...), et ces personnes ont les moyens de "faire construire". Ils ne le font pas à Bourges car il n'y a pas beaucoup de terrains disponibles et ceux-ci sont hors de prix.
    - Une baisse de la population du Centre-ville, qui quitte aussi ces quartier car, les maisons ne sont pas toujours confortables, et surtout, la voiture qui est nécessaire ne trouve que peu de places de stationnement.
     
    C'est donc une baisse de la population de Bourges (en savoir plus = cliquer ici)
     
A partir de l'an 2000, les éléments vont changer. La volonté de la municipalité est d'offrir aux berruyers des terrains à construire. Pour cela, le POS (Plan d'Occupation des Sols) mis en place par Paul André Aubrun accroît de manière assez forte, les terrains constructibles.
Il faudra attendre plusieurs années, et vers 2003, 2004, les promoteurs commencent à s'intéresser à des terrains. Les demandes de permis de lotir démarrent tout doucement.
 
La suite, c'est le PLU, Plan Local d'Urbanisme qui va amplifier ce phénomène, et accroître les surfaces constructibles dans plusieurs quartiers.
 
Le centre ville
 
L'évolution du Centre ville, ces dernières années est assez négative. Il faut réhabiliter les logements et des initiatives ont été prises avec l'OPAH, c'est à dire une aide financière à la rénovation.
Pourtant certains, parmi les promoteurs réalisent parfois des opérations en réhabilitant des immeubles anciens, en diminuant souvent les surfaces habitées et en augmentant le nombre de logements dans un immeuble. Ce sera le cas par exemple d'immeubles rue Eugène Brisson, ou place George Sand.
 
Le Centre Ville pose pourtant plusieurs problèmes, le premier, c'est celui du bruit et des nuisances. Habiter le Centre ville près de la place Planchat où proche d'une boîte de nuit, est un choix qui implique qu'il y aura du bruit, le soir ou le week end.
 
Ensuite, le Centre-Ville pose le problème de la place de la Voiture en ville avec les difficultés de se garer et de stationner.
 
Le grand projet des années 2005/2011 sera le Centre commercial Avaricum qui doit, s'il est conforme à ce qui est annoncé, revitaliser le Centre-ville. Parking, centre commercial attractif, logements, sociaux et privés, résidence d'affaire (hôtel ?), tout devrait être en place à la mi-2010, pour permettre aux berrichon de redécouvrir le Centre ville.
 
Les premiers faubourgs:
 
Dans ces quartiers, Barbès, Edouard Vaillant, Gare, Pignoux, Vauvert, pas de difficultés majeures.
L'urbanisme consiste à construire des maisons ou des petits immeubles dans les rares espaces encore libres, que l'on appelle "les dents creuses".
 
Les lotissements :
 
Suite au POS et au PLU, les terrains à construire se multiplient et à partir de 2004, les promoteurs et autres marchands de bien se mettent au travail.
Quelques lotissements, de 25 à 40 parcelles sont mis en oeuvre, à Vauvert ( Marie Galante, Canal) où à Pignoux ( Prés Saint Laurent) et vers la rue de Dun à Pijolin 2 avec la société Francelot... et les maisons se vendent sans aucune difficultés.
 
Voyant cela, de plus importants promoteurs arrivent à Bourges et plusieurs projets sont mis en oeuvre.
 
C'est ainsi que Nexity sur plus de 40 hectares en bordure du lac d'Auron sont achetés à M de Commines pour être viabilisés afin d'accueillir sous forme de quelques petits immeubles et de maisons individuelles, près de 550 logements. Une vraie petite ville appelée les Jardin du Val d'Auron.
 
Du côté de l'aéroport et du Chemin de Villeneuve, la société Infinim au début de l'année 2007 obtient un permis de lotir pour plus de 220 logements, avec en final sur 60 hectares, plus de 600 logements. Ce sera le Parc de Villeneuve.
 
Troisième zone importante, la ZAC Maréchal Juin, qui entre dans le cadre du PRU, Projet de Renouvellement Urbain, que 360 logements sont prévus, avec une centaine de logements sociaux, (la moitié en accession).
 
Il faut encore ajouter d'autres lotissements à Vauvert avec Belle-Iles 1 et 2, mais aussi route de Lazenay et au nord de Bourges, vers Asnières tout à côté du stade des Grosses Plantes.
 
Enfin, plus en Centre-ville deux projets, qui devraient commencer en 2007, c'est à côté de Lahitolle, puis pas très loin, le Clos Jacques Coeur.
 
Dans ces programmes, chaque fois que cela est possible, un % de logements sociaux est prévu. C'est le cas à Pijolin 2 avec 20% et aussi dans le Parc de Villeneuve.
 
Comme ces lignes le montrent, c'est une frénésie sans précédent qui atteint les promoteurs, mais aussi les personnes qui veulent enfin posséder leur maison ou leur appartement. Ils ont enfin la possibilité de devenir propriétaires de la maison de leur rêve, en restant à Bourges !
 
Le Projet de Renouvellement Urbain
 
C'est sur le plan de l'urbanisme un point clé, il s'agit dans le cadre d'une opération d'un montant de 304 millions d'Euros.
 
Le plan représente une action sur 3 quartiers :
La Chancellerie
Les Gibjoncs
L'Aéroport.
 
Les deux premiers étant appelés les quartiers nord.
 
La réhabilitation du parc social sur les quartiers nord n'a pas résorbé la vacance
- 1990 : 400 logements vacants
- 1990-1999 : 4300 logements réhabilités
- 1999 : 1000 logements vacants

Il faut aussi noter qu'entre 1990 et 1999, de nombreux berruyers à déménager dans un rayon de 20 km autour de Bourges : 63 % des ménages ayant effectué ce choix l'ont fait pour accéder à la propriété.
Les logements sociaux, en 1990, représentaient 30 % du nombre total de logements berruyers, mais cette proportion varie, selon les quartiers, de 2 à 92 %. Les quartiers nord accueillent près de 60 % des logements sociaux de la Ville, alors qu'elle ne représente que 20 % de la population.


Dans les grands objectifs du PRU, il faut signaler qu'il s'agit de favoriser la mixité urbaine, mais aussi adapter le logement social aux attentes de la population et mieux prendre en compte la qualité et les conditions de vie des habitants
L'objectif étant d'enrayer la baisse démographique des quartiers nord, ainsi pour les responsables, en fin de PRU, la population des quartiers nord sera légèrement supérieure à son niveau de 2003.

Il y aura donc, et cela est commencé, des démolitions : 2 214 logements sociaux (dont 2027 dans les quartiers nord, 82 à l'Aéroport et 105 à La Charmille), mais aussi des constructions : un total de 1 559 dont 1241 logements sociaux (dont 40 % quartiers nord), avec plus de 200 logements de la Foncière Logement, qui utilise le 1% patronal construction (dont 80 % quartiers nord), plus 118 accession (quartiers nord).

Ajoutons la notion de réhabilitation et de résidentialisation du reste du parc social de la ville de Bourges :
3 318 logements sociaux (dont 88 % quartiers nord), soit :
2 302 Réhabilitations seules
253 Résidentialisations seules
763 Réhabilitations et résidentialisations

TOTAL financier :
304 millions, avec une participation de l'ANRU de 111 millions

200 millions pour le Logement.
31 millions pour l'Activités/Equipements
67 millions pour l'Aménagements/Espaces publics

6 millions pour l'organisation.


Les chiffres seronbt revus "à la hausse" à la fin d el'année 2008 lors d'un avanant , avec une augmentation portant à plus de 320 millions d'euros, le PRU.

 

 

(chiffres principaux communiqués par le GIP, Groupement d'Intérêt Publique)

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
Ils sont nés à Bourges,
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici

 

 

Site référencé par Bourges.net