L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

LE STADE DES GROSSES PLANTES A BOURGES
Par Roland NARBOUX

Bourges, possédait dans les années 1980 une belle équipe de football, et les élus décidèrent avec Jacques Rimbault et Jean Claude Sandrier de construire un grand stade de 7000 places.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2009

Le Grand Stade de Bourges

En sport, le football à Bourges, dans ces années-là reste majeur, le basket féminin est marginal dans le cœur du public.
La saison de l'équipe phare du FCB en 1985 / 86 est celle de l'espoir. Les joueurs d'Alain Michel, un prof d'histoire "à Margot", arrivé à Bourges l'année précédente comme entraîneur vont faire des prouesses. Les Bedouet, Favier, Pétron, Renaud Chavanon et Fortes sont au meilleur de leur formes. L'équipe du président Groneau passe de la troisième à la seconde division à la suite d'une victoire sur Poitiers par 1 à 0, après un coude à coude mémorable avec Angoulême, le favori.

Le football à Bourges se joue, au meilleur niveau dans le stade Séraucourt, situé sur un ancien terrain de manœuvre des artilleurs, il est un rendez-vous important des Berruyers qui se garent sur l'esplanade et s'en vont au match. Mais le passage en seconde division, c'est à dire dans l'élite, et la popularité de ce sport à Bourges, donnent des idées à la municipalité de Jacques Rimbault.

Le 26 juin 1986, le Conseil municipal délibère sur l'achat de terrains pour construire le complexe sportif de Bourges. Il s'agit sans aucun doute du plus gros projet de la municipalité, il se situera sur le lieu-dit " Les Grosses Plantes " tout près d'Asnières les Bourges.
La première tranche est ambitieuse, elle devrait comprendre un " terrain d'honneur de football et de rugby avec tribunes, vestiaires, salles de musculation, sauna … etc," mais aussi des buttes de terre servant de gradins naturels, et encore quatre terrains d'entraînement avec les vestiaires et un parking pour 500 à 600 véhicules.

La ville possède sur cet espace une emprise de 11 hectares, et l'ensemble du projet a une superficie totale de 46 hectares, il faut donc procéder, à des expropriations comme cela est courant en la matière. J. Rimbault était généralement assez timide en matière d'acquisition de réserves foncières pour d'éventuelles constructions.
Le projet revient au Conseil municipal de l'automne 1986, il faut en effet, et ce n'est pas simple, acquérir 35 hectares se composant de 250 parcelles.
Ce qui surprend, c'est la concentration d'équipements sur ce lieu puisqu'une seconde tranche est prévue avec " un maximum de disciplines différentes et dont la réalisation s'échelonnera dans le temps en fonction des besoins réels des utilisateurs" confirme Jean Claude Sandrier, maire-adjoint aux sports.
La liste des équipements potentiellement prévus est impressionnante, elle comprend en plus du stade de football :
- 4 à 7 terrains d'entraînement supplémentaires,
- un palais omnisports
- un parcours de cross
- une aire de lancer
- un logement de gardien
- un ensemble patinoire-piscine
- un hébergement pour stages
- un boulodrome
- un rocher d'escalade
- des cours de tennis
- de badminton, de volley ball, basket-ball
- un tir à l'arc
- des jeux de boules
- un terrain de pelote basque
- un terrain de base ball et de soft ball
- des aires de jeux pour enfants
- des aires de pique-nique
- des parcours de jogging

Devant cette avalanche d'équipements, c'est un peu la stupéfaction, et Yvon Mautret souligne qu'aucune des remarques ou suggestions effectuées en commission ou lors de la présentation publique n'ont été prises en compte. Le débat tourne autour de la notion de concentration, et le conseiller d'opposition d'enfoncer le clou :
" Je pose la question de savoir, monsieur le Maire, un samedi soir, lorsque les deux stades de grands jeux seront pleins, lorsque le Palais des Sports sera rempli, comment on pourra accéder à cette zone, sauf à faire quelques kilomètres à pied".

De son côté, Edme Boiché signale qu'il ne participe pas au vote, car ce lieu où l'on veut faire tant d'équipements sportifs n'a pas un sol et un sous-sol d'assez bonne qualité pour recevoir un stade. Le problème de l'accès se pose aussi, puisque aucune voie nouvelle n'est envisagée pour une desserte pratique des automobiles.

Et Jacques Rimbault s'agace quelque peu sur ce dossier en répliquant à tous qu'il fallait d'abord acquérir des terrains,
" Je n'ai pas connu M. Laudier, personnellement, mais les Grands Maires de notre ville, il y en a eu un certain nombre, ont toujours réussi un grand nombre d'opérations dans la mesure où ils avaient acquis des réserves foncières".
Et le maire va clore, provisoirement le dossier en répliquant une fois encore à Yvon Mautret :
" Mais vous êtes d'accord sur rien. Quant on ne fait pas de projet, vous nous dites qu'on n'a pas de programme, qu'il n'y a pas de cohérence. Maintenant qu'on a des programmes, ce n'est pas bien !".

Et la construction du "Grand Stade des Grosses Plantes" va commencer.


Ce stade à la mort du maire Jacques Rimbault prendra le nom de stade Jacques Rumbault. Il manquera pour ce stade et 7000 spectateurs, une bonne équipe de football.

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
Ils sont nés à Bourges,
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici

 

 

Site référencé par Bourges.net