rue de l'alchimie - Bourges - Roland Narboux - Bourges Encyclopédie

L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

RUE DE L'ALCHIMIE A BOURGES
Par Roland NARBOUX

Bourges possède comme Prague, une rue de l'alchimie, dans un quartier "qui sent le soufre" dont l'histoire remonte au début du XVI ième siècle.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2009

Retour à la page Alchimie

LA RUE DE L'ALCHIMIE A BOURGES

C'est dans les recherches de M. Chevalier de Saint Amand que l'on trouve des informations intéressantes sur ces rues et leur histoire. La publication s'est faite dans un numéro du journal de Bourges du 7 mars 1846. (BM E 1434).
Chevalier de Saint Amand intitule son article Rue d'Arqueny et ce n'est qu'en décembre de la même année, qu'elle prendra son nom actuel de rue d'Alchimie.
Cette rue s'est appelée ainsi avec les noms d'Arquemye vers 1550), d'Arquenye, d'Arkémie en 1706 et j'en oublie. Le plan le plus ancien de Bourges de Nicolas de Fer parle de la rue d'Alchymie.


Donc, malgré toutes ces orthographes, on parle bien de la même chose, la rue de l'ALCHIMIE.
Ce nom viendrait d'un fait divers, qui nous arrive par l'intermédiaire d'un moine du 16 ième siècle qui a écrit ces aventures dans Patriarchium bituricense. Tout se passe en 1522.
C'est la grande époque de l'Alchimie. On appelait cet art qui consiste à convertir des métaux quelconques en or s'appelait le Grand Oeuvre ou la Pierre Philosophale, à Bourges comme ailleurs.
Un des plus célèbres alchimistes de l'époque fut maître Gonin ( dont a parlé Brantôme). D'ailleurs, il parle dans " la vie des grands capitaines français " du maréchal de Matignon qui avait fait fortune comme gouverneur de Guyenne. Mais d'autres ajoutent que sa fortune, il la devait à Maître Gonin en son passe-passe, et en prononçant des mots comme farouzat ou carouzat selon l'enseignement du maître.
Et on reparle aussi des Gonin, du grand père, du fils ou du petit-fils comme des experts en illusions et sorcellerie.


En 1522, à Bourges, sous le règne de François 1 er, toujours est-il qu'il y avait pour nom GONINUS et qui faisait de très mystérieuses expériences dans la paroisse Saint-Ursin.
Il y avait, sans doute comme aujourd'hui, trois habitants, sans doute des amis, qui étaient plutôt désoeuvrés.
L'un se disait religieux, c'était le plus instruit du trio. Les deux autres étaient sculpteur pour l'un et menuisier pour le troisième. Ils étaient sans doute aussi à court d'argent.
Ils apprirent ce que toute la ville disait haut et fort : Il y avait un personnage fabuleux, Maître Gonin qui transformait les métaux en or. Ils trouvèrent que c'était une excellente initiative et entrèrent en relation avec l'alchimiste.


Leur objectif était de se faire initier aux mystères du laboratoire.
Vraisemblablement, Gonin avait donné, puis vendu quelques données de base et quelques instructions pour les attirer.
Et puis ce fut le grand rendez-vous, dans une cave ou un souterrain comme l'on en trouve beaucoup autour de la cathédrale.
Les trois hommes s'y rendirent de manière clandestine, en frôlant les murs.....
Et lorsqu'ils arrivèrent dans la cave, Maître Gonin était parti, il avait sans doute fui, la bourse bien pleine, avec l'argent des trois compères, laissant en plan les cornues et alambics.
On ne sait pas trop ce qui s'est passé, on imagine que les trois hommes, possédant déjà des connaissances commencèrent à utiliser les creusets et ils se lancèrent dans la transmutation de l'or.
L'aventure tourna au tragique et il y eu sans doute une explosion, due à la surchauffe ou à une cause inconnue, mais les trois hommes périrent.
C'était vraiment un moment tragique car cet accident venait juste après un ouragan et un petit tremblement de terre.
C'est dans cette période un peu secouée et en souvenir de la catastrophe et au mystère qui l'entourait que l'on va donner à une de ces rues du quartier Saint-ursin le nom de rue de l'Alchimie. ( à la place de ruetta Sancti Ursini).
Une enseigne d'une auberge prendra ce même nom : l'Arquémye.
Comme toujours ce récit peut prêter à discussion, car il n'y a pas de preuve formelle, et le nom d'Alchimie pour les rues était aussi courant dans les villes. A cette époque, le mot Alchimie pouvait aussi signifier " fausse monnaie " ou même d'une rue où se passait des larcins ou des escroqueries.
Il y avait aussi sur la route de Nevers, une grange, située près du cimetière, qui se nommait Arquenie. (1550). On ne sait pas pourquoi, les recherches continuent.
Le mot Arquenie à Bourges prendra une connotation assez particulière puisque l'on retrouve sous ce vocable des prénoms.


Ainsi en 1583, on baptisera un Arquenie Deguenet, et pour beaucoup, semble-t-il, il y avait une Sainte Arquenie, contemporaine de Sainte Solange.
Dans son histoire du Berry, le grand historien Raynal (T3, p 292), parle effectivement de l'aventure de maître Gonin et de l'accident, et il ajoute :
Une tour en ruine des anciens remparts s'appelle encore la Tour du Diable : il y a près delà les rues d'Arqueny (autrefois d'Alchimie), de Monsecret ou mausecret (Mauvais Secret) et du Puit-Noir. Ces différents noms semblent faire allusion à l'événement que je viens de rapporter ".
Lucien Jeny va contester cette façon de voir les choses.


Sur les dates,il faut voir que ces événements datent de 1522 et que c'est la période de construction des grands monuments de la renaissance à Bourges. Il y a donc un climat propice à l'alchimie dans notre ville.
Il y a aussi des quartiers plus ou moins biens famés. Les quartiers " chauds " de Bourges sont situés en dehors de la muraille, et la rue de l'Alchimie est située à côté de la rue Bourbonnoux et de la rue des Juifs. Dans cette rue, l'impasse des Juifs était une des " cours des miracles " de Bourges.
 

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
Ils sont nés à Bourges,
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?