les nuits lumiere de Bourges - Roland Narboux - Bourges Encyclopédie

L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

LES NUITS LUMIERES DE BOURGES
Par Roland NARBOUX

Les Nuits Lumière de Bourges, spectacle unique en Europe avec le détail de toutes les images et des musiques du parcours spectacle. voir les images

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2012

 

Les grandes initiatives dans la mise en valeur du patrimoine en France se sont développées ces dix dernières années. La mise en lumière de Lyon, les scintillements de la Tour Eiffel, ont montré que l'alliance de l'art et de la technique pouvaient donner d'excellents résultats, et faire redécouvrir à chacun d'entre nous la valeur des monuments et sites que nous ont légué nos anciens.
Bourges et son exceptionnel patrimoine ne pouvait rester en dehors de ce mouvement, et la réalisation des Nuits Lumière constitue une réponse aux besoins des Berrichons et des touristes, c'est une première dans le monde que L'Encyclopédie se doit de raconter.
Les Nuits Lumière, c'est un étonnant parcours spectacle pour découvrir la ville baignée de lumière, d'image et d'émotion.

L'origine des Nuits Lumière de Bourges

Le projet des Nuits Lumière de Bourges remonte à 1996. Dans le cadre de la politique culturelle et touristique de la ville, il apparaissait nécessaire de concevoir "quelque chose" qui ferait venir le touriste, en plus de la cathédrale, et qui lui ferait passer la nuit en Berry.
Pendant des mois, les idées fusent, chacun voit au cours de l'année 1996 ce que font les autres, à Beaune, Amboise, Reims, et surtout au Mont Saint Michel. Tout cela donnait des idées pour Bourges…..

Un appel d'offre est lancé en 1997 pour une "mise en lumière de la ville" . Le choix des élus se porte sur la société Itinérance, de Philippe Noir et Christine de Vichet, concepteurs de la mise en lumière du Mont Saint Michel en 1991 puis d'Azay le Rideau.
Comme le rappellent ces créateurs, "La problématique était forcément très différente. Il ne s'agissait plus d'intervenir dans un lieu clos, protégé des nuisances, mais d'imaginer un son et lumière qui se déroulerait dans le tissu urbain d'une ville avec ses rues, ses habitants, sa vie, ses sens, ses lumières".

Les Nuits Lumière naissent à partir d'aquarelles qui montrent le circuit, les éclairages des porches, les scénographies, la cathédrale enfin illuminée, le tout, au long d'un parcourt où doit essentiellement régner l'émotion.
Les travaux durent une bonne année pour un coût de total de 10 MF pour l'ensemble de cette première tranche ce qui donnent des sueurs froides à beaucoup. Pourvu que ce parcours soit une réussite ! En fait, le coût pour la ville ne sera que légèrement supérieur à 3 MF, suite à des subventions du Conseil général et de fonds européens.

Les caractéristiques du parcours-spectacle

L'idée, c'est de montrer, à la nuit tombée le "Bourges-ancien", avec ses rues, ses monuments, sa vie. C'est un parcours-spectacle dans le centre historique, avec un cheminement le long des rues pavées, guidé par de superbes lanternes bleues, déambulant pour joindre des édifices prestigieux dans lesquels se déroule un spectacle à base de musique, d'images, où le visiteur devient spectateur pour une petite dizaine de minutes.

La ballade des Nuits Lumières n'est pas une visite détaillée et guidée de la ville, "c'est une invitation au voyage, à la rêverie" chacun est entièrement libre et le parcours est gratuit. L'heure de départ est laissée à l'initiative du visiteur…. à partir de l'instant où il fait nuit, il peut cheminer au gré de ses envies, revenir sur ses pas, assister plusieurs fois à la même scénographie, celles-ci étant "en boucle".

Le seul guide, qui constitue le fil d'Ariane, c'est la lumière bleue. En suivant les lanternes, chacun peut flâner à son rythme, et s'attarder sur des petits détails comme ce porche éclairé et ainsi parfaitement mis en valeur, ou ces arbres qui donnent une ambiance feutrée et recueillie.

Une "Première" historique à Bourges

Les Nuits Lumière ont constitué le point fort du passage en l'an 2000. Il s'agissait de montrer pour la première fois cette réalisation unique.
Au soir du 31 décembre 1999, vers 22 H 30 les personnalités locales du département du Cher et de la Ville de Bourges sont présentes au côté des concepteurs. Le cortège s'ébranle à partir de la rue des Hémerettes, suivi d'une foule de plusieurs milliers de Berruyers. Dans un léger froid sec s'ouvrent les clés et les portes du circuit avec l'histoire de Bourges dans les temps anciens projetés sur les murs du rempart gallo-romain et c'est l'émerveillement.
La cathédrale éclairée par Pierre Bidault, l'homme qui a redonné de la lumière à la Tour Eiffel, est une merveille. La lumière est faible pour le premier étage du bas, un peu plus forte ensuite et c'est l'illumination dans les parties hautes. C'est une élévation de l'édifice par la lumière, la toiture elle-même étant d'un bleu féerique. Les concepteurs ont su concilier le spectacle et le sens religieux de "notre" Cathédrale, conformément aux vœux du chanoine Massip.

Pour la première fois, il est possible de passer derrière le chevet de la cathédrale, et sur un fond musical d'orgue de découvrir les vitraux du XIIIe siècle. Puis c'est la Grange aux Dîmes, discrètement illuminée, avant d'atteindre par les rues pavées, éclairées de lanternes bleues l'hôtel Lallemant où est projetée la première scénographie : une fête de la Renaissance. Ensuite, après avoir dépassé la place Gordaine, au milieu de la rue Mirebeau, dans la cour du couvent des Augustins apparaissent des anges sur une musique magique et envoûtante. Il faut alors franchir la muraille gallo-romaine par le passage "casse-cou" et se retrouver dans la rue appelée autrefois rue de Paradis à proximité de l'Hôtel des Echevins. Dans la cour se déroulent des projections sur un mur et à terre avant de remonter la rue Porte Jaune vers la cathédrale. Les Berruyers découvrent alors la cathédrale dans un halo de brume, ce soir-là, c'était unique et féerique.
Arrivé place Etienne Dolet, chacun avait compris, le pari était gagné, l'an 2000 commençait bien. Du grand art !

Images et musiques des Nuits Lumière

Les remparts : les tableaux présentés datent du XIX e siècle, avec Vercingérorix, César et autres Croisades.
Plus des vitraux de la cathédrale de Bourges.
La musique est de Ludwig van Beethoven, par le Berliner Philarmoniker dirigé par Herbert von Karajan.avec :
des Ouvertures et Missa Solemnis.
Le Chevet de la Cathédrale : musique envoûtante, c'est Arbos de Arvo Pärt par The Hilliard Ensemble.
L'Hôtel Lallemant : les tableaux représentent le baptême des Sélémites, de Vittore Carpaccio, peintre vénitien parmi les plus poétiques (1465 - 1525).
Les noces de Lisa de Ricasolis (XV°)
Le Festin d'Hérode, fresque de Fra Filippo Lippi peintre florentin ( 1409-1469)
Le mariage à la Cour de Philippe Le Bon, prince éclairé et protecteur des Arts (1419 - 1467)
Pour la musique, Danses de la Renaissance par le Clemencic Consort.
Triomphi par le New London Consort dirigé par Philip Picket.
Musicke For the Lute, de Dowland dirigé par Paul O'Dett.
Couvent des Augustins : Anges des annonciations, anges musiciens triptyque de Linaioli et Anges du Christ en Gloire de Fra Angelico (1395 - 1455), moine artiste de la Renaissance florentine entré chez les dominicains dont les statuts s'inspirent de Saint Augustin.
Pour la musique, Vespro della Be'ata Vergine de Claudio Monteverdi par Jordi Savall.
L'Hôtel des Echevins : Projection murales, l'Allégorie du Bon Gouvernement, fresque de la ville de Sienne, réalisé par Ambrogio Lorenzetti (1290 - 1348)
Défilé de personnages du peintre florentin Domenico Ghirlandaio (1449 - 1482), évoquant l'entrée des échevins à Bourges.
Projections au sol : écossons des Echevins de Bourges et pavages d'Italie.
Pour la musique, Sonate da Camera n°XII d'Antonio Vivaldi et Il cantar moderno par l'Ensemble Daedalus.
en savoir plus : 0248230260

Les Points forts du circuit des Nuits Lumière

Parmi les points forts du circuit qui laissent un souvenir au visiteur, tout commence avec l'histoire de Bourges racontée pendant quelques minutes sur les murs gallo-romains du jardin de l'archevêché :
"Il y a trois mille ans, tout n'était que marais…..
Un peuple d'origine celtique, les Bituriges, s'installe ici, à Avaric.
Très prospère au temps des Celtes, cette cité fonde sa puissance sur la maîtrise de la métallurgie……"
Et ainsi se poursuit cette belle histoire peu connue des Berrichons, qui va, avec musique et images jusque vers 1195, et l'invitation à poursuivre son chemin vers la cathédrale…… plus belle que jamais.

Autre grand moment, dans la cour de l'Hôtel Lallemant, avec la fête, les noces et les danses au son des trompettes d'une musique de la Renaissance, c'est une fresque de Filippo-Lippi ou le "mariage à la cour de Philippe le Bon" dans lequel tous les personnages sont de blanc vêtus. Dans la loggia, des tapis de lumière surgissent au son d'un poème de Charles d'Orléans. La traversée de l'édifice permet de redécouvrir la cour basse et les miniatures des très Riches Heures du duc de Berry.

Mais c'est le recueillement du cloître des Augustins qui est sans doute le moment le plus sublime du parcours, avec l'apparition des anges annonciateurs de Fra Angelico dans une posture d'humilité, avec la grâce, la lumière et les couleurs. La musique des "Vesro della Beata Vergine" de Monteverdi transcende le lieu, c'est un grand moment, pour le "croyant" comme pour le "mécréant".

La scénographie de l'Hôtel des Echevins comporte plusieurs défilés des échevins de Bourges passant derrière les arcades d'un monument de la Renaissance symbolisant "les vertus du Bon Gouvernement", au sol, la cour se transforme de pavages lumineux, avec les écussons des Echevins de Bourges, au son d'une sonate de Vivaldi.

La suite des Nuits Lumière

Après la nuit symbolique du passage à l'an 2000, les Nuits Lumière éteindront leurs projecteurs et reprendront en avril, les week-end puis tous les soirs à la saison d'été. Le succès ira en grandissant, certains samedi soirs, ils seront plus de 1500 visiteurs à déambuler dans les rues bleutées de la ville entre 22 H 30 et minuit et demi.
Chacun, veut montrer à des parents ou amis, le "circuit bleu" ou "les lanternes du vieux Bourges", et à la fin de la saison, en octobre 2000, ils auront été plus de 60 000 personnes à faire ce parcours féerique.

Dans les années à venir ce circuit devrait être aménagé et augmenté, sans doute pas avant trois ans, en intégrant au parcours actuel le Palais Jacques Cœur, la cour intérieure ayant été réhabilitée à l'image de la façade, et par la suite l'église Saint Pierre le Guillard.

En 2001, les Nuits Lumières reprennent, et nul doute que la magie et la féerie vont encore agir, l'émotion sera au rendez-vous de ce parcours unique au monde, nul n'avait jamais pensé à réaliser ce type de spectacle dans un site ouvert, au cœur d'une ville, et gratuit……

Et puis, ce sont les saisons 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008 , 2009, 2010, 2011, 2012.....

LES NUITS LUMIERE ANNUELLES :

de début mai au à fin septembre = environ 100 séances gratuites.

mai, juin, septembre = les jeudis, vendredis, samedis et veille de fête.

juillet, août = tous les soirs

Des soirées thématiques :

LES NUITS LUMIERE COSTUMEES avec les Amis de Jacques Cœur se déroulent trois ou quatre fois chaque année.
 
Fréquentations :
 
59 000 visiteurs en 2000
47 000 visiteurs en 2001
60 000 visiteurs en 2002
63 000 visiteurs en 2003
75 000 visiteurs en 2004
70 000 visiteurs en 2005
66 000 visiteurs en 2006.
70 000 visiteurs en 2007
75 000 visiteurs en 2008
72 000 visiteurs en 2009
Puis chaque année, les chiffres restent stables avec environ 70 000 visiteurs, sachant que les Nuits Lumière Costumées des Amis de Jacques Coeur draînent à chaque sortie, entre 1000 et 2000 personnes, et il y a 3 à 4 animations par an.
 
LES IMAGES DES NUITS LUMIERE SUR PICASSA,
Photos de Nicolas Cholet prises en 2008 : >>>cliquer ici

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici