L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

MARIE DROUET, URSULINE DE BOURGES et du QUEBEC
Par Roland NARBOUX avec l'aide de F. Morichon et de Lucia Ferretti

Marie Drouet est une Ursuline, née à Bourges, elle va aller au Québec comme Supérieure

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2009

 

Marie Drouet a été baptisée à Bourges le 24 juin 1637, paroisse de Saint-Pierre-le-Guillard, elle est donc certainement née en 1637 et elle est bien décédée le 26 octobre 1709 au monastère des Ursulines à Trois-Rivières.

Le jardin des Ursulines de Bourges va porter le nom de Marie Drouet ( Conseil Municipal du 22 octobre 2004) permettra à la Ville de Bourges d'honorer Marie Drouet. Une plaque de dénomination de ce jardin du palais de Justice est dévoilée le 4 mai 2005, la ville de Bourges et l'Association Berry-Québec voulant ainsi honorer cette berruyère.

Marie Drouet, première supérieure des Ursulines de Trois-Rivières
A partir des documents de Lucia Ferretti professeure au Département des sciences humaines, Section histoire à Québec.


Marie Drouet, en religion sœur Marie de Jésus, fut la première supérieure des Ursulines de Trois-Rivières. C'est en son honneur qu'une rue, dans le secteur du Boisé, porte son nom. Dans un livre récent qui raconte de manière très vivante l'histoire des Ursulines de Trois-Rivières, sœur Thérèse Germain livre quelques notes biographiques sur Marie Drouet.

Née à Bourges en 1637, fille d'avocat, orpheline très jeune de sa mère, Marie entre à 15 ans chez les Ursulines de sa ville où sa sœur Catherine l'a précédée.

En 1671, Marie de l'Incarnation a 72 ans. Elle mourra l'année suivante. Depuis 1639, date de son arrivée à Québec à la tête d'un trio de pionnières, très peu d'Ursulines sont venues de France. La congrégation, déjà, se recrute presque toute au pays, mais elle n'est pas assez nombreuse pour desservir aisément le pensionnat qui jouxte le monastère, et qui accueille jeunes Amérindiennes et jeunes Françaises. La fondatrice demande donc aux communautés ursulines du vieux pays de lui donner du renfort. Parmi les quatre religieuses qui lui sont alors envoyées, il y a sœur Marie de Jésus.

Il faut croire que Marie de Jésus s'y connaît, car on lui confie tour à tour les fonctions d'enseignante et de maîtresse générale des classes, sans compter les charges de la vie communautaire: infirmière des religieuses, maîtresse des novices, économe du monastère, assistante de la supérieure et finalement supérieure elle-même. Aussi, en 1697, quand il s'agit de s'implanter à Trois-Rivières, c'est encore vers elle que la communauté se tourne pour qu'elle soit la première supérieure de la nouvelle fondation.

Marie de Jésus et ses quatre compagnes arrivent à Trois-Rivières en septembre 1697 pour ouvrir une école et un hôpital. La ville est en effet trop petite et trop pauvre pour soutenir deux congrégations, si bien que les Ursulines, depuis toujours enseignantes, devront se faire aussi hospitalières. Sauf pendant une brève période de trois ans, Marie de Jésus restera Trifluvienne jusqu'à sa mort, en 1709, à l'âge de 72 ans.

Pour les Ursulines de Trois-Rivières, Mgr de Saint-Vallier avait acheté ce qu'on appelle aujourd'hui la «maison du Platon», ou maison «des Gouverneurs», et c'est là que furent d'abord installés l'Hôtel-Dieu, le monastère et le pensionnat. Mais aussitôt, commence la construction de la première partie du monastère que nous connaissons encore sur la rue «des Ursulines», et qui était alors le Chemin du Roy. À titre de supérieure, Marie Drouet de Jésus supervise les travaux; elle organise l'hôpital, qui contient d'abord une douzaine de lits. L'école qu'elle met sur pied reçoit dès la première année une vingtaine de fillettes «alquonquines, abénaquises et canadoises». La vie communautaire des enfants, des malades et des religieuses se colore de la dévotion particulière que Marie porte à l'Enfant-Jésus pour lequel sont récitées des prières spéciales chaque 25 du mois et la veille de Noël. Tout cela annonce déjà les futurs développements.

Sources :

La biographie de Marie Drouet à qui a été attribué le nom d'une nouvelle rue du secteur Le Boisé à Trois-Rivières à l'adresse : http://www.entete.uqtr.ca/imprime.php?no_fiche=3051


Merci à Monsieur Jean Morichon
Président de la Fédération Française Généalogie
Membre de la commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs

On peut voir son portrait sur Internet à l'adresse : www.musee-ursulines.qc.ca/v_musee_drouet.html

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici