L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

MACEE DE LEODEPART, épouse de Jacques Coeur
Par Roland NARBOUX

Bourges, et l'histoire très peu connue de l'épouse de Jacques Coeur, Macée de Léodepart, où de ce que nous en savons.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2009

 

"Qui voudrait tout connaître de Jacques Cœur, de l'homme et de sa vie, serait vite déçu à considérer le peu que nous pouvons savoir. Sa nature, son caractère, ses façons d'être, tout nous échappe".

Ecrit Jacques Heers.

Alors, pour son épouse Macée de Léodepart, c'est pire encore.

Les auteurs des livres sur Jacques Cœur ont tous évoqué la mémoire de son épouse de manière assez curieuse.

Jacques Heers :

"Jacques Cœur, en 1418 épousa Macée de Léodepart, fille du prévôt "

Et c'est tout ! sur un ouvrage de type universitaire de 270 pages

François David :

"Macée de Léodepart était l'antithèse physique de Jacques Cœur. Une peinture réalisée au XIX ième siècle, peut-être d'après une œuvre ancienne aujourd'hui disparue, nous montre une femme fine et menue, plutôt pâle et frêle.

C'était une personne délicate et soumise. Bref, la femme idéale pour tenir un foyer et être fidèle à son époux. De même Jacques était le mari qu'il lui fallait, sur lequel elle pouvait se reposer en toute quiétude."

 

Suit une description de leur mariage, ils avaient 20 ans, avec quelques renseignements complémentaires.

Les femmes se mariaient entre 15 et 20 ans, et les hommes entre 25 et 30 nous dit l'auteur. Il y avait souvent 10 ans d'écart entre l'homme et la femme, "ce qui permettait à l'homme de commander à sa jeunette".

" On ne jurerait pas que Jacques Cœur fît un mariage d'amour, mais plutôt de raison. Un homme aussi vigoureux et remuant que lui pouvait-il réellement être séduit par une figure de porcelaine comme Macée de Léodepart. Il n'avait sûrement pas été attiré par l'aspect physique de cette jeune fille un peu falote. En revanche son rang social et sa fortune ne l'avaient pas laissé indifférent".

Georges Bordonove

"La même année, ou l'année suivante, Jacques Cœur épousa Macée de Léodepart. C'était pour la famille Cœur une nouvelle progression sociale.

Les Léodepart ou Lodderpop étaient d'origine flamande.

Le seul portrait connu qui reste de Macée est une peinture du XIX e siècle, réalisée d'après une œuvre ancienne, peut être originale.

La femme de Jacques Cœur est en robe de cour, largement décolletée et bordée de fourrure…..elle a la moitié du crâne rasé ou du moins les cheveux tirés vers le haut de la tête. Son visage a la finesse et le ton délicat d'un ivoire. Le regard est vif sous les sourcils menus, comme tracés au pinceau. Le nez est un peu long, la bouche un peu trop mince. Cependant l'ensemble a de la grâce, celle de l'hermine. Elle porte, sur une sorte de haut bonnet persan, un de ces hennins immenses dont les voiles transparents étaient retenus par des fils d'archal".

 Et la description se termine par ces mots…. " Ce mariage fut-il une alliance de famille ou l'aboutissement d'une histoire d'amour ? On l'ignore. Toutefois, le couple eut 5 enfants en dépit des voyages et pérégrinations du mari."

 

Claude Poulain

"En l'année 1420 Jacques Cœur épousait Macée de Léodepart, la fille d'un imposant voisin de la rue d'Auron.

Macée, l'élue appartenait à l'une des meilleures et des plus réputées familles bourgeoises de la ville….

De Macée, ne nous est parvenu qu'un seul portrait. Il a quelque chance de pouvoir nous renseigner honnêtement sur le physique de la jeune femme….

 Macée n'a d'ailleurs pas été spécialement flattée sur ce tableau. Elle nous apparaît la joue passablement creuse et sans doute pâle sous le fard, à la limite du blafard. La bouche est mince mais ne révèle nulle hargne, et le nez, légèrement trop long, au point de nuire quelque peu à l'esthétique de l'ovale. Sans doute la vie animant cet ensemble parvenait-elle à lui conférer charme et séduction. Car la finesse n'en est pas absente, non plus que l'élégance….

Les cheveux, à la mode du temps, rasés et tirés vers le haut, accentuant la fragilité et l'extrême féminité de l'ensemble.

On l'imagine un peu comme une chatte aux gestes ravissants et précis, aux attitudes presque hiératiques, disposant du contrôle souple de son corps, avec ce constant souci de soi qu'entraîne la sensualité".

"Jacques Cœur semble avoir été indéfectiblement lié à Macée. A aucun moment on ne trouve trace d'une quelconque désaffection… en dépit d'une vie tellement active qu'elle l'emmenait parfois aux quatre coins de l'univers connu, jamais il n'a négligé la captivante Macée".

Edmond Jongleux

" Vers 1420, il épousait la damoiselle Macée de Léodepart, fille du valet de chambre de Jean de Berry et prévôt de Bourges. "

 Il écrit encore :

" frappée par tant d'injustice, sa femme meurt de chagrin pendant le procès et est inhumée dans l'église "

Serge Lepeltier

" Cette année-là, âgé de vingt ans, Jacques Cœur épousait sa voisine de la rue d'Auron, Macée de Léodepart. Les deux jeunes gens se connaissaient depuis l'enfance. Avec les autres gosses des environs, ils avaient jadis déboulé dans les venelles pavées de la haute ville, et ils se coulaient des regards complices et amicaux sous les voûtes de la cathédrale….

Toujours Jacques se souviendra de ce jour de Pâques où Macée lui était apparue différente et désirable.

… Il avait vu défiler les communiantes dans leurs plus beaux atours, Macée venait la dernière, pâle et émue, avec quelques mèches de cheveux blonds dépassant de sa coiffe de batiste….. soudain elle avait levé la tête, leurs yeux s'étaient croisés. Moment fugace. Elle avait rougi un peu et continué son chemin comme si rien ne pouvait la distraire de la prière. Jacques, lui, ne suivait plus l'office ; une brûlure inconnue lui parcourait les veines, tout s'estompait autour de lui….. seule l'image de Macée émergeait de ce flou cotonneux.

Le visage mince, le nez long, les lèvres fines, la jeune fille révélait un caractère déterminé, prêt à saisir à bras le corps les difficultés de la vie, un esprit bien ancré dans la vieille terre berrichonne, une nature attachée aux solides réalités de l'existence. Ces qualités n'étaient sans doute pas pour déplaire au futur marié".

 

Macée de Léodepart la dépensière ?

On retrouve assez souvent dans la littérature sur Jacques Cœur, des mots assez durs sur son épouse qui serait particulièrement dépensière.

Pour Guillot Trépant, semble-t-il, Jacques Cœur regardait à la dépense et se méfiait de ce que sa femme "avoit entre ses mains".

C'est à partir de cette déposition devant Dauvet que vient la légende sans doute de Macée dépensière. Il faut être très prudent sur ce type de conclusions.

Mollat affirme que de sa vie, on ne vit jamais Jacques Cœur faire des dépenses somptuaires d'habillement, comme par exemple Jean de Berry. Il faut dire que l'accoutrement de Charles VII et plus tard de Louis XI ne sont pas de mise à cette époque.

Pour sa femme, Guillot Trépant dit que sa garde robe , "chapeaux, saintures, bourses de perles et autres habillements n'étaient guère riches".

 Jacques Cœur était peu intéressé par les femmes affirme Mollat, et il ne laissait que peu d'argent à son épouse Macée, c'est en tout cas ce que dira le procureur Dauvet. C'est une affirmation qui peut être de circonstance puisque c'est après l'arrestation, et Macée a intérêt à se faire toute petite et sans argent ni bien.

Cet article a été réalisé avec le site des Amis de Jacques Coeur

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici