la guerre de 1870 a bourges - Roland Narboux - Bourges Encyclopédie -

L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

LA GUERRE DE 1970 A BOURGES
Par Roland NARBOUX ( documents de Pelloille, Bernon et Trotignon)

Bourges, a participé de manière très active à la guerre de 1870. Un épisode peu connu de notre histoire.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2009

 

La guerre de 1870 fut courte, elle est déclarée à la suite de la dépêche d'Ems, le 19 juillet 1870. Un mois et demi plus tard, Sedan capitule (1 er septembre) et le 4 septembre, le peuple proclame la République au Palais Bourbon. Un gouvernement de la Défense nationale est constitué.
Le 18 septembre, les prussiens arrivent devant Paris et en octobre c'est la reddition de Metz.

Le second Empire de Napoléon 3 est balayé, et c'est la naissance de l'empire Allemand, Guillaume 1 er étant proclamé empereur de ce pays à ... Versailles le 18 janvier 1971.

La guerre de 1870 à Bourges

Il y avait à Bourges un régiment important, le 19° Régiment des Mobiles du Cher (V° région). Un décret du 17 juillet 1870 appela les recrues sous les armes. Il y eut quelques problèmes d'hébergement. Le commandant Choulot reprit du service, il était en retraite et devint Lieutenant colonel.

L'uniforme des Mobiles, c'était une blouse de toile bleue à parement et collets rouges, une cravate de toile bleue et un pantalon de toile gris à bandes rouges.. Les chaussures étaient.... des sabots.

Ils possédaient un fusil à percussion rayé avec bâillonnâtes... dépourvu de bretelles.

Le 19 ° Mobile comprenait 3 bataillons (Bourges, Saint-Amand - Sancerre) de 3 compagnies de 300 hommes.

Celui de Bourges comprenait 1900 hommes.

Le 22 septembre, le bataillon quitta pour pour aller, comme Jeanne d'Arc, délivrer Orléans.

Il prit pour cela le train ( gare aux Prés le Roy)

Ce fut l'hiver 1870, très froid avec beaucoup de neige.

Les prussiens descendaient de Paris, et les escarmouches puis de vraies batailles se déroulèrent. Bataille de Beaune la Rolande, , Cotelle et surtout Juranville. C'est cette dernière bataille qui demeure la plus célèbre, car le commandant Martin fut tué.

Il faisait froid, l'armée dite de La Loire recule tout comme le 19° Mobile... et il arrive ainsi à Fussy. Dans cette retraite rien n'était prévu pour les soldats.?

Le 19° repart alors en direction de La Charité afin de rejoindre l'armée dite de l'Est. Elle était commandée par Bourbaki.

Le régiment qui était cantonné à Fussy , puis à Asnières les Bourges fut inspecté le 17 décembre 1870 par Gambetta en personne.

La guerre à l'Est fait rage et dans le froid, c'est l'hécatombe, sur 5000 hommes, le colonel de Choulot estime que son régiment n'en a plus que 400.

L'armistice puis la signature de la paix à Versailles le 26 février 1871 termine cette guerre de 1970.


La vie à Bourges

C'est dans l'été 1870 que les premiers blessés de la campagne de l'Est arrivent à Bourges, ils furent installés au Grand Séminaire et à l'Archevêché. A ce moment la ville qui était déjà une cité militaire reçut de nombreux régiments de toute sorte. On retiendra que les soldats, mal encadrés, désoeuvrés s'enivrèrent et se livrèrent à de nombreux actes de vandalisme. (Les arbres de la place Séraucourt furent brûlés, il y en eut près de 150 !) ainsi que les 60 arbres de la butte d'Archelet. Rixes, tapage nocturne, et ce furent des arrestations avec des locaux pénitentiaires trop petits. Quelle période !

 

Des troupes françaises arrivèrent à Bourges dont 400 Garibaldiens. Eglises et couvents furent réquisitionnés.

Et puis ce furent des moments de panique, avec le bruit qui couru à plusieurs reprises des prussiens qui arrivaient....

Et puis ce fut vrai, le 6 décembre 1870, les premières troupes prussiennes entrèrent dans le département du Cher. Deux jours plus tard, un détachement arriva à Vierzon. Quelques prussiens en avant garde se dirigèrent sur Bourges et on les vit à Foëcy, Allogny et Mehun. Mais ils ne pénétrèrent pas dans l'agglomération proche et encore moins dans la ville.

Il faut dire aussi que Bourbes, en plus de ses fortification traditionnelles et anciennes avait ajouté une quatrième fortification :

en particulier à l'Est et au sud afin de protéger les établissements militaires. Chaussée de Chappe, Pignoux, route de Dun, toute cette zone fut protégée avec l'aide d'ouvriers réquisitionnés à cet effet.

Au nord, ce furent des batteries qui furent mises en oeuvre, au Moulon, à la butte d'Archelet, route de St Michel, rue Félix Chédin. Des batteries de campagne furent aussi mises en place à Asnières et à Saint Doulchard; A L'ouest des tranchées sont creusés à Saint Sulpice. Et enfin, 3 pièces d'artillerie sont installées à la préfecture.

Et ces défenses multiples ne furent pas utilisées, l'armistice est signé le 28 janvier 1871.

 

A partir du 15 mai 1871, les Mobiles du Cher se retrouvèrent à Bourges afin d'être démobilisés.


Sur Gambetta, nous avons reçu la contribution suivante :

Je vous demanderais de nuancer à propos de Gambetta son éthique, il ne fut pas très inspiré sur certaines de ses actions en particulier, l'épisode de l'armée de Bretagne qu'il leva et logea à Conlie près du Mans. Ce fut un désastre et un crime contre l'humanité. Vous regarderez cette histoire occultée et désormais accessible sur cette période où Gambetta était sensé mobiliser contre la Prusse.

nom: GOUIFFES Jean-Yves

 

 

 

à suivre

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
Ils sont nés à Bourges,
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici