la guerre de cent ans - Roland Narboux - - Bourges Encyclopédie

L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

LA GUERRE DE 100 ANS A BOURGES LE A BOURGES
Par Roland NARBOUX

Bourges, et la guerre de 100 ans.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2009

 

article en construction

La Guerre de 100 ans se déroule en France avec des luttes incessantes entre les français et les anglais.

Ce conflit opposa la France à l'Angleterre entre 1337 et 1453.

Sous la forme d'une succession de campagnes très circonscrites et entrecoupées de longues périodes de trêve, il prolongea le conflit qui avait opposé les Capétiens et les Plantagenêts au XIIIe siècle.

Les origines de la guerre


À son accession au trône de France, en 1328, Philippe VI de Valois (1328-1350) obtient avec de grandes difficultés l'hommage du roi Édouard III d'Angleterre (1327-1377) pour la Guyenne (Aquitaine). Petit-fils par sa mère de Philippe IV le Bel, Édouard III peut en effet revendiquer des droits sur le trône de France, même si les pairs de France lui ont préféré Philippe de Valois, prince plus expérimenté, qu'ils connaissent mieux et qui est " né du royaume ". La rivalité franco-anglaise en Flandre et le soutien accordé par les Français à l'Écosse, que l'Angleterre veut soumettre, exacerbent le conflit. En 1336, Édouard III entre en rébellion. L'année suivante, Philippe VI prononce la confiscation de la Guyenne; Édouard III riposte en faisant porter son défi à Paris.

 

Le 26 août 1346, Édouard III écrase les Français à Crécy, et l'année suivante, il s'empare de Calais (août 1347).

Après une longue trêve pendant laquelle sévit la terrible épidémie de peste noire, le Prince Noir, héritier d'Angleterre, porte la guerre aux confins de la Guyenne, et ses chevauchées aboutissent à la défaite de Poitiers (19 septembre 1356)*, où le roi de France Jean II le Bon (1350-1364) est fait prisonnier.

Deux événements favorisent la reprise de la guerre : à partir de 1392, le roi de France Charles VI est atteint de folie, et le pouvoir devient l'enjeu du conflit entre son frère Louis d'Orléans et les ducs de Bourgogne; en 1413, un jeune roi plein d'ambition, Henri V de Lancastre (1413-1422) monte sur le trône d'Angleterre. En France, la guerre civile qui éclate en 1407 entre les Bourguignons et les Armagnacs, réunis autour de la famille d'Orléans après l'assassinat de Louis d'Orléans par des hommes de main du duc de Bourgogne (1407), permet à Henri V d'intervenir sur le continent : le 25 octobre 1415, il inflige à la chevalerie française l'écrasante défaite d'Azincourt avant de conquérir la Normandie (1417). Après l'assassinat à Montereau du duc de Bourgogne Jean sans Peur par un fidèle du dauphin, fils de Charles VI (1419), son fils Philippe le Bon pousse la reine Isabeau de Bavière à accepter le traité de Troyes (1420), qui reconnaît Henri V pour héritier du trône de France. La mort presque simultanée d'Henri V et de Charles VI (1422) fait d'Henri VI, un enfant de dix mois, le souverain unique des royaumes d'Angleterre et de France, tandis que le dauphin, réfugié à Bourges, se proclame roi sous le nom de Charles VII (1422-1461).

Sauf en Guyenne, l'occupation anglaise se heurte à l'hostilité de la population. Charles VII reprend l'offensive mais, battues à Verneuil-sur-Avre (1424), ses armées sont refoulées au sud de la Loire par le duc de Bedford, et les Anglais mettent le siège devant Orléans (1428). Alors que Charles VII, sans ressources, est au bord du découragement, une jeune paysanne, Jeanne d'Arc, se présente devant lui à Chinon et le convainc de lui fournir des armes pour lever le siège d'Orléans (mai 1429) et le faire sacrer à Reims (18 juillet). En consacrant la légitimité de Charles VII, sa chevauchée héroïque ébranle profondément la puissance anglaise. Mais le roi, qui veut ce réconcilier avec le duc de Bourgogne, n'entreprend rien pour la sauver lorsqu'elle est faite prisonnière à Compiègne (13 mai 1430) et brûlée vive par les Anglais à Rouen (30 mai 1431).

Par le traité d'Arras (1435), Philippe le Bon se rallie à Charles VII. Entouré d'un Conseil entièrement renouvelé où dominent les représentants de la bourgeoisie et de la petite noblesse (Jacques Coeur, Pierre de Brézé), le roi reprend aussitôt l'offensive : il prend Paris (1436), Montereau et Meaux (1437) et porte la guerre devant Bordeaux (1441). Ses grandes réformes administratives, financières et surtout militaires (création d'une armée permanente) portent leurs fruits : en un an (1449-1450), il reprend la Normandie, puis marche sur la Guyenne. Malgré l'appui que ses habitants apportent aux forces anglaises, la reconquête de la province est achevée en 1453 (bataille de Castillon).

 

 

 

C'est un moment clé pour la ville avec deux événements opposés :

- pour une des premières fois de son histoire, la ville sera l'objet de tentatives de pillage et de destructions.

- et ce fut aussi la ville du "petit roi de Bourges", avec Charles VII.

Enfin, c'est avec l'argent d'un Berruyer, Jacques Coeur que le royaume sera délivré.

 

A Bourges, en 1356, alors que le fils du roi d'Angleterre, Edouard de Galles, plus connu sous le nom de Prince Noir en raison de ses habits et de son armure, est aux portes de Bourges, un habitant vint lui dire qu'il ouvrirait les Portes d'Auron.

Cette trahison due à Perrot Monein permit aux Anglais de s'avancer jusqu'aux murailles de la ville, vers le Pont d'Auron actuel et des combats se déroulèrent à proximité, mais les berruyers repoussèrent les anglais et le traitre fut simplement décapité.

Un peu plus tard, le 19 septembre 1356, à Poitiers cette fois, le Prince Noir prit sa revanche et fit prisonnier le roi Jean 2 le Bon qui s'en alla à Londres avec de nombreux Chevaliers berrichons, pour une captivité difficile.

Cette période d ela Guerre de 100 ans

 

 

 

 

http://medieval.mrugala.net/Guerre/Guerre%20de%20100%20ans/Resume%20de%20la%20guerre%20de%20100%20ans.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
Ils sont nés à Bourges,
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici