la gare de bourges - Roland Narboux - Bourges Encyclopédie -

L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

LA GARE DE BOURGES
Par Roland NARBOUX

Bourges et le train ou la gare ont toujours été en conflit. Voici une esquisse de la gare de Bourges. Avec un point sur la passerelle.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2015

 

La gare de Bourges est située au nord de la ville ancienne. Elle est juste au-delà de la muraille de Philippe Auguste où de ce qu'il en reste.

La gare à Saint Doulchard

Son implantation ne fut pas des plus simples. En effet, avec l'arrivée du Chemin de Fer en 1847, lequel venait d'Orléans avec passage à Vierzon.... la localisation de la gare posa des problèmes.

Elle fut inaugurée le 20 juillet 1847.

Pour les uns, elle devait être le long du canal, vers les usines de Mazières. Pour d'autres, déjà écolos dans l'âme, elle ne devait pas être trop proche de la ville. Ce n'est pas propre à Bourges, la grande gare d'Orléans est aux Aubrais et cette de Tours à Saint Pierre des Tours.

Alors comme il fallait une gare qui était à ce moment un terminus, on fit la gare de Bourges tout simplement à Saint Doulchard, vers ce qui est aujourd'hui le quartier des Prés le Roy. ET Bourges n'avait pas de gare. C'était en 1847.

La gare enfin à Bourges

Quelques années plus tard , la gare fut érigée sur son emplacement actuel le 16 mai 1851 après que l'on eut étudié la possibilité de creuser un grand tunnel dans la butte d'Archelet pour faire passer la ligne de chemin de fer.

En décembre 1851, on sait que le maire de Bourges reçu le Prince Président, futur Napoléon 3 à Bourges dans la gare et il remontera la rue Moyenne à cheval avec à ses côtés le maire Pierre Planchat..

Il semble mais cela reste à confirmer que la gare actuelle telle que nous la connaissons date de 1868, et qu'elle fut agrandie en 1880.

 

Les transformations continues

La gare de Bourges devint au fil du temps un élément essentiel de la vie locale. Elle permettait aux berruyers de se rendre à Paris ! Et puis en 1917 elle fut à nouveau profondément modifiée pour l'arrivée des troupes américaines.

Avec les Etablissements militaires, puis les usines d'aviation, des lignes furent construites dans la ville pour relier la gare à ces usines et permettre les approvisionnements mais aussi les livraisons. Ainsi, on trouva des voies vers Pignoux, vers l'aéroport, vers La Chapelle.

Devant la gare les constructions sont réalisées avec l'Hôtel du Berry vers 1933.

C'est en octobre 1943 que le conseil municipal donne au boulevard de la gare, qui est est face de u bâtiment central le nom du sénateur maire Henri Laudier.

Le pont situé sur cette rue Henri Laudier au dessus de l'Yèvre fut élargi en 1976.

 

La passerelle "piétons" :

La gare dispose d'une passerelle piétonne au-dessus des voies.
Cette passerelle a été réceptionnée le 11 janvier 1912, en vertu d'un arrêté préfectoral daté du 7 décembre 1911. Le maire de l'époque était M. Henri Ducrot, et l'ingénieur responsable pour la "ligne Vierzon - Saincaize" était monsieur Picaud. Cette passerelle a été exécutée par la compagnie d'Orléans, elle était utilisée par les piétons pour relier la cour de voyageurs au chemin d'Asnières.
La largeur de la passerelle est de 1,5 m (et 1,8 au total), alors que la longueur d'escalier à escalier est de 106, 6 mètres.
Le tablier a été fait comporte un tablier métallique de 4 travées dont 2 centrales de 28,8 mètres de portée et les 2 extrêmes sont de 24,5 mètres.
Le "platelage" est en béton armé de 0,07 m d'épaisseur avec une couche de 1 cm pour la chape.. Le garde corps est métallique, et les marches des escaliers en tôle striées, 33 marches de chaque côté, avec "2 paliers de repos" souligne le procès verbal de réception de la passerelle.
Dans les observations, on note que le 16 février 1912, le Conseil municipal a autorisé le maire de prendre en charge la passerelle de la gare à la condition "que la Compagnie d'Orléans sera tenue de recevoir les eaux pluviales provenant du tablier de la passerelle".

 

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici