L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

LA FOIRE EXPOSITION DE BOURGES
Par Roland NARBOUX

Evénement incontournable de la vie locale : la Foire de Bourges existe depuis les années 1920, par la persévérance de Henri Laudier.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2009

 

A Bourges, dans les années 1920, il était possible de se distraire, sans que cela ne coûta trop cher, alors que la municipalité commençait à organiser des loisirs à grande échelle. Ce sera l'étude des dossiers sur la Foire Exposition. Pour la première fois, une foire aux automobiles est organisée à la Halle, entre le 3 et le 6 juillet 1920.

Ce sera le début de la Foire exposition qui se poursuit pendant tout le siècle et en 2003 elle se déroulera du 6 au 15 juin, avec pour invité, le Mexique ! alors que la version 2005 voit arriver Tahiti et ses rêves.

Mais la Foire de Bourges a eu des débuts biens difficiles.


L'origine lointaine

Les Foires sont des manifestations commerciales qui sont accompagnées généralement de divertissements, et les origines lointaines sont dans les fêtes religieuses qui rassemblaient des foules souvent considérables.

Les premières foires remontent aux "Gaulois" avec la fête du soleil pour le solstice d'hiver Avec le christinianisme, c'est la fête de Noël qui prit de l'importance et la Foire des Innocents qui suit cette date.

A Bourges, les documents montrent que les premières foires étaient dans la grande salle du Palais du duc Jean de Berry, c'était 'près de la place du Poirier" nous dit E. Breton.

La Foire durait 15 jours, dans cette salle de 50 mètres de long (hauteur de 25 mètres !), elle était internationale et elle fit l'objet de lettres patentes de Charles VII, le "petit roi de Bourges", et cela va se poursuivre jusqu'en 1487, date du "grand embrasement".

A partir de cette date, c'est le marasme, rien ou presque au XVI ième siècle, et il faut attendre le XVII ième siècle pour retrouver des foires. Elles sont faites dans des boutiques avec des concessions à vie et un arrêt de 1672 recommande de donner les préférences aux marchés forains, c'est à dire aux "foreign", les étrangers qui étaient préférés aux locaux. Cela n'empêcha pas les petits marchands locaux de venir au palais, comme les fourbisseurs, verriers, lanterniers, pâtissiers ... etc .

Après le grand incendie, de la Sainte Chapelle en 1693, la Foire est transférée à l'Hôtel Jacques Coeur et dans la salle du Jeu de Paume située place des 4 Piliers, le nom de la foire deviendra, "foire du petit palais".

En 1770, dans les galeries de la Grand Maison de monseigneur l'Argentier, il y a des boutiques fermées et l'on peut alors trouver des pâtissiers, des marchands de faïences, et aussi des juifs, ce qui donnera le nom de "Foire des Juifs", même si il n'y avait que très peu de marchands juifs.

Vers 17785, des emplacements sont tracés entre le palais Jacques Coeur et la place des 4 Piliers avant un transfert en 1806 dans l'Eglise des Carmes située place Cujas.

C'est en 1832 que le duc d'Orléans pose la première pierre de la grande halle de Bourges où doit se tenir la foire, c'est l'actuelle Halle au blé.

Par la suite, cette foire du palais va se retrouver au gré du temps place Saint Pierre le Puellier puis place Bourbon (place de la Nation actuelle) en 1856

Et puis le 11 février 1882, le conseil municipal décide de faire une foire d'été du 24 juin au 14 juillet, ce sera la Foire Jacques Coeur.

C'est le prélude aux grandes foires exposition à partir de 1920, sachant que le nom de foire Jacques Coeur est toujours utilisé pour la fête foraine d'été sur la place Séraucourt.

LA PREMIERE FOIRE EXPOSITION DE 1920

Cette manifestation se déroulera dans une Halle au blé aménagée d'une décoration sobre, avec, toutefois, des drapeaux tricolores et des oriflammes aux couleurs du Berry. A l'intérieur du hall central, des sapins avaient été placés : "un ornement de bon goût sans grand apparat".

L'exposition est très importante, elle réunit 45 voitures de tourisme, 2 tracteurs agricoles, 16 camions, 11 motos side-cars, 35 motocyclettes et quelques dizaines de moteurs. On peut aussi trouver des accessoires, des objets de voyage, des outils et des stocks laissés par l'armée américaine.
L'inauguration s'effectue le dimanche, à 15 heures, avec un cortège impressionnant. Le maire est là, il ouvre la route, aux côtés du préfet, Monsieur Richsmann ; derrière, M. Marcel Pillivuyt, Président de l'Automobile Club du Centre, puis M. Albert Hervet président de la Chambre de Commerce, et M. Théophile Groussot, Président du Syndicat d'Initiative. La foule est considérable, la musique, après une "Marseillaise" de circonstance, exécute un second morceau, avant de faire place aux discours. C'est d'abord Henri Laudier qui parle, il remercie les personnalités locales présentes, constate l'importance du public, et annonce :
" que cette initiative de la Municipalité doit rendre à nos foires Jacques-Coeur toute leur importance et leur éclat, mais aussi qu'elle s'attachera à redonner au commerce et à l'industrie de notre ville, tout le lustre d'antan que l'on n'aurait jamais dû voir péricliter".

Compte tenu du succès de cette première foire, il fut décidé, en mars 1921 qu'une nouvelle Foire Exposition serait organisée par la Municipalité, avec le concours des groupements économiques de la XIXe région. C'est ainsi que se tiendra du 1er au 10 juillet 1921 la Foire, première invention de Laudier à Bourges pour réveiller la vie économique.

Un certain nombre de commissions vont travailler à cette préparation, avec édition d'un livret-guide, des articles de presse, des avis "répétés à la Chambre de Commerce". Il s'agissait de rassembler pendant une semaine "les regroupements industriels, économiques et agricoles". 380 lettres furent envoyées, et Laudier constata que 100 exposants seulement répondirent à l'appel du Comité. Beaucoup donc, se dérobèrent, sur des problèmes de délais qui étaient assez courts, mais la plupart ne croyaient pas à la réussite de cette nouvelle manifestation. La nouveauté n'a jamais été un point fort de Bourges ! Laudier écrira :
" n'y faudrait-il pas voir plutôt la manifestation d'un des côtés du caractère berrichon, cette prudence un peu craintive qui préfère, avant de se lancer dans une affaire, que d'autres aient essuyé le premier feu".

Laudier est très dur avec ses compatriotes, mais il se veut aussi pédagogue. Il croit à ce qu'il dit, il prêche, il "attire l'attention du Commerce et de l'Industrie de la région sur l'utilité incontestable des réunions de cette nature". Très près de ses sous, il donne un bilan financier, il ressort un surplus de 19 303 francs.

L'entrée de la foire de Bourges avec ses pylônes

Il fait aussi une étude économique sur le gain réalisé par les commerçants, il calcule que durant la période de la Foire, la Gare a pointé un minimum de 10 000 voyageurs en dehors des prévisions habituelles. Si donc, comme l'écrit le Maire, " nous estimons, non sans raison, que chacun d'eux a dépensé une somme supplémentaire de 10 francs, nous pouvons dire que pendant 10 jours, le commerce local a bénéficié d'une somme de 100 000 francs, grâce à la tenue de la Foire-Exposition".
Et Laudier de parler de la Foire pour l'année suivante, 1922, pour laquelle, il demande que le Commerce et l'Industrie n'apportent plus aucune réticence à la Foire Exposition. Pour atteindre ses objectifs, en février 1922, une Association dite "Le Comité de la Foire de Bourges" est instituée "en vue de favoriser l'expansion du Commerce et de l'Industrie française par l'utilisation de la meilleure des ressources régionales". Dans une vingtaine d'articles, toute l'organisation des futures Foires est consignée. Le Président du Comité est le Maire, alors que le Président du Comité exécutif est le Premier Adjoint : Jean Foucrier.

Statuts dans Bulletin Municipal Officiel de 1922 p101.

Daniel Colling

La foire de Bourges continue avec depuis plusieurs années, la présence à sa tête du "patron" du Printemps de Bourges Daniel Colling, il s'entoure d'une équipe forte et avec de l'imagination, il réussit à redonner un peu de vigueur à ce qui reste un grand événement commercial.

Autour de lui, le sympathique président du comité des Foires, Guy. DUCROS se donne avec beaucoup de détermination dans cette aventure commerciale.

 

 

 

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici