tri et dechets - Roland Narboux - Bourges Encyclopédie -

L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

LES DECHETS ET LE TRI A BOURGES
Par Roland NARBOUX

Bourges, le tri sélectif des ordures est un problème essentiel dans une ville.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2009

le tri sélectif à Bourges

Depuis 1999, le tri sélectif est opérationnel à Bourges. Cela a produit une petite "révolution" à la fois dans le comportement des berruyers, mais aussi sur leur facture qui a été augmentée de manière considérable selon les quartiers.

 

 

Jusqu'alors, les déchets étaient traités de la manière suivante :

- une poubelle individuelle qui était ramassée tous les jours dans certains quartiers, tous les deux jours dans d'autres quartiers.
- des colonnes d'apport volontaire situés dans les quartiers de Bourges où chacun apporte de manière libre le papier (journaux, magazine, publicité... ) et le verre. Il y avait fin 2005, 285 colonnes d'apport volontaire.
- une déchetterie située aux 4 Vents où chacun peut apporter des déchets de tous ordre.
- deux fois par an, les "monstres", c'est à dire des objets encombrants qui sont placés sur le trottoir un jour donné, et récupéré au petit matin par les sociétés de ramassage.

Le tri sélectif a été créé, bien en retard par rapport à d'autres villes ou agglomérations de la manière suivante :

- une poubelle jaune pour recevoir les déchets d'emballage ménagers, ( boîtes de conserve, carton, pack, bouteilles en plastique... etc). Chaque berruyer produit chaque année 13 Kg de déchets de ce type.

- une poubelle verte pour mettre les ordures ménagères en général, sachant que chaque berruyer met 285 Kg d'ordure dans ces poubelles.

Les colonnes d'apport volontaire se sont multipliées, avec 25 Kg de verre par an et 21 Kg de carton.

Tout ajouté, le berruyer produit environ 350 Kg de déchets par an (2005) en tout genre, au lieu de 217 Kg/an en 1975.

D'autres chiffres :

Au total, pour la ville de Bourges à fin 2005, ce sont :

- 1800 tonnes de verre qui ont été récoltées.

- 1525 tonnes de papier, journaux / magazines.

- 20 000 tonnes d'ordures ménagères

- 1500 tonnes d'emballages ménagers.

La dépense totale étant d'environ 6,6 millions d'Euros. (2005).

L'évolution du tonnage des ordures ménagères est considérable :
1960 = 0,5 Kg/j/hab
1974 = 0,7 Kg/j/hab
2004 = 1,3 Kg/j/hab soit un doublement en 40 ans.


Une seconde déchetterie a été mise en place au début des années 2000 dans le secteur des Danjons.

Les 2 déchetteries reçoivent 60 000 passages, soit un équivalent de 1 berruyer qui va au moins une fois dans l'année (ou presque) à la déchetterie. et cela fait un tonnage de 10 000 t/a.


Les polémiques sur les ordures ménagères de 2001

Les thèmes portent sur l'économique, la sécurité et l'environnement pour la droite, sur la future baisse des impôts et la concertation pour la gauche. C'est à partir des premiers jours de janvier 2001 que les équipes des deux côtés se mettent en ordre de marche serré. Jean Claude Sandrier annonce que la hausse des impôts des ordures ménagères est inacceptable : "Il est anormal et injuste que la municipalité ait procédé à une augmentation de 102% en 1999. Celle-ci a plus particulièrement touché les 4000 foyers berruyers non-imposables et qui n'ont pas bénéficié de la petite baisse d'impôts offerte en contrepartie".

Les journaux locaux affirment qu'après les 102% d'augmentation, il faut s'attendre, si la droite repasse, à une nouvelle augmentation de 15%, alors qu'inversement, lorsqu'elle sera élue, la gauche les diminuera. Serge Lepeltier réplique rageusement ; il rappelle à propos des ordures ménagères que l'usine de traitement "des Quatre Vents" a été faite par la gauche et réceptionnée quelques jours avant les élections de juin 1995, " alors qu'il y avait des mauvaises odeurs autour de l'usine" et "il a fallut installer un système de désodorisassions qui a coûté 11 millions de francs au contribuable berruyer".

Le maire de Bourges est furieux des accusations de son adversaire, utilisant des termes rares dans sa bouche, : " M. Sandrier cherche à tromper les électeurs, il fait tout pour fuir ses responsabilités". Au cours d'une conférence de presse, il annonce de manière solennelle qu'il n'y aura pas de hausse des ordures ménagères en 2001.


En 2010, le service des déchets passera de la ville à l'agglomération de Bourges Plus.

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici