Les chauves-souris à Bourges - Roland Narboux - encyclopédie

L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

LES CHAUVES-SOURIS A BOURGES
Par Roland NARBOUX

Bourges, devient peu à peu, la capitale européenne d'étude des chauves souris. C'est la présence de deux spécialistes, Michèle Lemaire et Laurent Arthur qui vont permettre cette approche.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2011

 

Bourges avec Michèle Lemaire et Laurent Arthur est une ville devenue un des premiers centre d'étude et de recherche sur les chauves-souris. Ceci en liaison avec le Muséum d'Histoire Naturelle. Tous les deux ans, se déroulent à Bourges un colloque européen sur les chauves souris.

Et on trouve des chauves-souris à Bourges, aussi bien en centre-ville que dans les carrières.

Cet article permet d'aller voir plus loin, mais pour en savoir plus, il faut aller sur le site du Muséum de Bourges.

borne des chauves souris à BourgesLa borne chauve souris de la trouée verte avec les enfants de l'école Barbès.

elle a malheureusement été détruite au cours d'un Printemps de Bourges par de jeunes gens irresponsables.

 

 

 

Les chauves-souris dans les carrières de Bourges

La température des carrières de Bourges est sensiblement de 8 degrés, et reste à peu près constante. C'est Fabre qui l'affirme en 1838 et il ajoute "que c'est la valeur relevée par Lemonier et Cassini lorsqu'ils firent la triangulation de la méridienne de France" c'était au XVIIIe siècle.
Dans ces temps anciens, sur les voûtes des carrières de Bourges se sont accrochées des milliers de chauves-souris. Butet, en 1829 écrit :

"Rien n'est plus singulier que de voir, dans l'hiver, les voûtes de ces carrières tapissées d'une multitude de chauves souris qui y sont collées et qui attendent que le printemps...."

Ce texte ne serait pas renié par Laurent Arthur et Michèle Lemaire qui se consacrent depuis près de 15 ans à l'étude et à la sauvegarde de ces chiroptères. Ils sont tous deux conservateurs au Muséum de Bourges et ont écrit un livre de référence sur ces animaux qui s'intitule "Les chauves-souris, maîtresses de la nuit", dans lequel on trouve tout ce qu'il faut savoir sur le sujet :

"Les chiroptères ou chauves-souris, sont des mammifères. Comme tous les représentants de cette classe, les femelles possèdent des glandes mammaires pour nourrir leur petit de lait. Ils sont vivipares et ont le corps en partie couvert de poils".

Puis Laurent Arthur et Michèle Lemaire poursuivent sur plus de 260 pages l'étude complète de cet ordre des mammifères qui comprend une classe tout à fait à part, avec 932 espèces, compte tenu de leur morphologie si particulière.

Ces petits animaux passent la plus grande partie de leur existence la tête à l'envers, les chauves-souris s'accrochent ainsi dans les grottes et autres cavernes de Bourges et d'ailleurs. On trouve ainsi dans la région, différents types de chiroptères comme les Grands Murins, les Grands Rhinolophes et les Vespertillions.
Lorsque au début des années 1990, les autorités locales décident de construire la rocade Est reliant la route de Dun à celle de La Charité, le tracé prévu passait tout simplement au milieu des carrières.... et devrait détruire les grottes des chauves-souris.
On a trouvé jusqu'à 1500 de ces animaux dans les seules grottes du Château. Les chauves-souris appartiennent à des espèces protégées, et finalement, le tracé sera un peu " tordu " afin de sauver ce lieu hautement écologique et symbolique.

 

La présence de ces animaux en nombre, a toujours une signification importante, c'est le signe d'une bonne qualité de l'environnement.

L. Arthur et M. Lemaire écrivent sur le sujet :

"De plus en plus de personnes à la recherche de sensations nouvelles s'aventurent dans les cavités, ….Cette longue procession armée de lampes arpente tout au long de l'année les réseaux souterrains. Les chauves-souris ont de plus en plus de mal à trouver des gîtes tranquilles et voient dans le même temps le nombre de cavités souterraines accessibles se réduire".


Pour ne plus ennuyer ces petites bêtes, il a été décidé d'éviter de les déranger et de ne les compter qu'une fois pas an. Elles sont en effet très susceptibles, et l'accroissement des visites à certaines époques ou de récents travaux avec des moyens considérables ont effrayé ces chiroptères. Un essaim de plusieurs centaines d'éléments est parti à une vingtaine de kilomètres de Bourges, les chauves-souris ne supportaient plus les bruits et vibrations...... on les comprend !

 

Visites guidées dans les carrières de Bourges

Il n'existe pas à proprement parler de visites guidées des carrières de Bourges, et c'est dommage. Il est toutefois possible d'y pénétrer en prenant beaucoup de précautions.

A partir de la rue de la Rotée, il faut suivre un chemin de terre sur la droite, à proximité des nombreux lotissements du Val d'Auron.
Après un cheminement de quarante mètres dans un sentier très ombragé, le visiteur se heurte à une grille de fer, soudée et quelque peu rouillée. Pour pénétrer, il faut une clé pour ouvrir la grille ; pour les plus lestes, une ouverture de 45 centimètres par 35 centimètres est aussi utilisée…...mais c'est particulièrement dangereux.
L'entrée d'une grotte est déjà un symbole. La pierre est blanche, sur les murs on observe de nombreux graffitis. Sur la gauche, juste à l'entrée, apparaît une petite salle creusée dans la pierre, elle devait servir à ranger les outils des tailleurs de pierre, puis aux cueillettes de champignons.

Dans cette zone d'entrée, de nombreux signes très mystérieux sont gravés dans le rocher. Ce sont, dans ce couloir, des sculptures représentant des fenêtres d'église stylisées, de part et d'autre dans le mur, comme si l'on entrait dans un sanctuaire. Ces traces ne semblent pas très anciennes, sans doute quelques décennies seulement. En haut, des crochets en métal montrent qu'il existait un fil électrique qui cheminait au moins dans cette première partie.
La voûte est située à 2,5 mètres de haut, la largeur de ce tunnel est d'environ 3 mètres. Depuis la grille, le tunnel s'incurve vers la gauche sur une vingtaine de mètres. Il fait noir, très noir !
Puis c'est l'arrivée dans les premières salles très vastes de la carrière. Nous pénétrons dans une vaste pièce de 40 mètres par 60, la hauteur sous voûte est de 3 à 4 mètres. Au milieu, trois piliers tournants assurent la solidité de l'ensemble. On remarque immédiatement, des traces laissées par les tailleurs de pierres, ce sont de nombreuses veines comportant des plaques verticales caractéristiques de la pierre qui vient d'être découpée.

Avec mon guide d'un jour, Michèle Lemaire, conservatrice du Muséum de Bourges, nous avançons avec les lampes torches de forte puissance, et nous observons enfin les chauves-souris. C'est la période d'hiver et elles sont donc présentes. Depuis ce jour, pour ce livre, toutes les visites de ces grottes ont été faites à la belle saison, alors que les chauves-souris sont parties. On ne fait alors que les imaginer.

En avançant encore, on découvre, accrochés aux parois les premiers spécimens. Il faut faire très attention, ces petits mammifères sont en hibernation, laquelle dure 6 mois. Ce qui signifie que les chauves-souris ne se nourrissent pas et ne bougent pas durant toute cette période.

Des précautions doivent être prises, par exemple, ne pas diriger la lampe sur elles au risque de les réveiller et de les contrarier. Une fois dérangées, par des problèmes d'énergie et de stress elles peuvent mourir. De même chacun doit parler à voix basse, et marcher doucement.


Sur les chauves souris, la dernière réalisation a été la mise en place d'une borne dans la trouée verte, avec la collaboration d'une école primaire (Barbès), et l'expertise technique de Laurent Arthur, et la présence des services de la ville de Bourges. Cette borne a été inaugurée en juin 2007. C'est un totem et en appuyant sur un bouton, il est possible d'entendre les ultra sons des chauves souris qui circulent à la nuit dans la trouée verte.

Cette borne est une "première européenne".


Une exposition nouvelle :

 

C'est en juin 2011 que commence une exposition consacrée aux chauves souris, elle a été conçue par Michèle Lemaire et Laurent Arthur sur la mezzanine, et le résultat est tout à fait remarquable avec des textes, des maquettes, de la vidée, des bruits et des chauves souris vivantes.

Cette exposition, inaugurée le 7 juin par l'adjoint à l'écologie restera en place au moins un an et demi, et devenir peut être le point de départ d'un zone entière consacrée aux chiroptères.

A suivre

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici

 

 

Muséum

 

Site du Muséum de Bourges :

http://www.museum-bourges.net/