les carolingiens - Roland Narboux - Bourges Encyclopédie

L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

L'HISTOIRE DE BOURGES SOUS LES CAROLINGIENS
Par Roland NARBOUX

Bourges, les invasions et les troubles vont ponctuer une longue période de 380 avec les invasions barbares jusque vers 987 et l'avènement des capétiens.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2009

 

Vers 380, c'est à dire à la fin du IV e siècle, ce sont les " invasions barbares ", avec les Burgondes qui descendent de Germanie, ils passent la Loire, et arrivent en Berry. Ils se heurtent alors à d'autres " barbares " qui remontent d'Espagne, et que l'on appelle les Wisigoths. Leur roi s'appelle Euric.

 

Mais ce n'était pas fini, et les francs se pointent, avec à leur tête Aegidius qui va livrer bataille à une cinquantaine de kilomètres de Bourges, très exactement à Déols en 468.

C'est un peu plus tard, que le roi vainqueur, Euric s'installe à Bourges, dans un beau palais, il avait entre temps envahit l'ensemble de l'Aquitaine. C'était en 475.
Contrairement à la légende populaire, le roi Euric n'était pas un barbare, il s'était converti au christianisme puis avait dérivé vers l'arianisme.

Les wisigoths n'étaient pas de grands administrateurs comme les romains, aussi ils laissèrent tranquille les gallo-romains berruyers qui conservèrent leurs coutumes nationales et berrichonnes.

Cela correspond aussi dans ces période à l'arrivée d'une religion nouvelle : le christianisme.

Wisigoths et Francs

Les wisigoths ne vécurent pas très longtemps en paix à Bourges. Ils se retrouvèrent bientôt face aux francs.
Attention aux clichés, les Wisigoths étaient alors latinisés et chrétiens, alors que les Francs étaient de sombres personnages, païens et ils ne vivaient que de pillages. Ils vivent bien et pillent bien.

Un combat interne se déroule alors en interne dans le camp des Wisigoths, et cela oppose l'hérésie arienne au catholicisme et les évêque, sans doute mal conseillés, préfèrent les barbares francs aux wisigoths civilisés.

Alaric 2 est " lâché " par l'épiscopat

 

Euric et ses successeurs n'étant pas des partisans de la religion nouvelle, les habitants de Bourges furent persécutés, en particulier les chrétiens.

Et puis ce fut l'arrivée de Clovis et de ses francs, avec la célèbre bataille de Vouillé en 507 dans laquelle Alaric 2 qui avait succédé à Euric fut tué, et Clovis conquit l'Aquitaine.

Les Francs deviennent les maîtres de toutes les provinces du sud de la Loire et donc de Bourges - Avaricum. A partir de ce moment Bourges se retrouve rattaché au royaume Franc.

Que devient Bourges et le Berry ?

Il faut savoir que sous l'ère des Wisigoths, ce fut un calme relatif à Bourges. Et l'arrivée des Francs à Bourges va vite devenir désastreuse.

Les incursions de bandes armées sont incessantes, dévastant tout et incendiant ce qui reste !
En 532, Bourges et le pays berrichon sont ravagés par le roi de Metz, lequel s'appelait Thierry.

A la mort de Clovis, le royaume des francs fut divisé en 3 pour ses fils et c'est un de ses petits fils, Gontran qui possédait déjà le royaume de Bourgogne et l'Orléanais qui reçut en plus, le Berry à la mort de son père Clotaire.
Ce fut l'occasion de troubles importants dus à la lutte fratricide entre Gontran et son frère Chilpéric, chacun d'eux voulant récupérer le Berry.

Bourges reçoit de plein fouet toutes les batailles et en plus, comme si cela ne suffisait pas le Berry, comme l'Auvergne sont atteint de la peste bubonique.
Ce sixième siècle est d'ailleurs particulièrement cruel, puisque les éléments naturels en ajoutent encore. Après la guerre et les pillages, des pluies diluviennes s'abattent sur le Berry avec des crues dans toutes les rivières et la Loire, l'Allier… etc .

L'ensemble des calamités, comme cela se voit dans l'Histoire aboutit à de longues années de famine et celle de 580 reste pendant des décennies dans toutes les mémoires.

Cette période, comme le raconte Grégoire de Tours est dévastée " de manière pitoyable ".

585 et la suite

Dans ces années pitoyables, les berrichons ne sont pas uniquement des victimes, ,ils leur arrive même parfois d'être des barbares. Ainsi, en 585, ils équipèrent une armée qui pilla et dévasta la Touraine et le Poitou. Ils participèrent, sans doute dans le même élan de conquête à une expédition dans le sud vers Carcassonne. Là ils se retrouvèrent face à des Wisigoths qui étaient encore là, et les berrichons furent battus. Ils en perdirent aussi tout le butin qu'ils avaient amassés dans les pillages.

Après ces événements, Chilpéric, par vengeance, décida d'envoyer à son tour trois armées en direction de Bourges. Mais les berruyers voulurent éviter le piège et s'en allèrent au devant de Chilpéric et ce fut la bataille de Châteaumeillant.

A Châteaumeillant, Gontran fut battu, mais il prit sa revanche à Melun et il fit lever le siège de Bourges.

 

Cette même année en 585, Grégoire de Tours mentionne pour la première fois le nom d'un comte de Bourges, un certain Ollon. On disait de lui, qu'il était " sans scrupule, sournois et violent "…. Bref un gentil garçon !

 

Les Maires du palais

A la fin des rois mérovingiens, ce sont les " Maires du palais " qui eurent le pouvoir. Mais l'Aquitaine ne voulut rien savoir et ne les reconnu pas. C'est Eudes un duc qui prit la tête de la contrée, il disait lui-même qu'il descendait des rois mérovingiens.

Ce fut à nouveau une belle lutte entre les maires du Palais qui représentaient le pouvoir royal et le duc Eudes.
Comme un malheur n'arrive jamais seul, Eudes se retrouva à combattre au sud contre les arabes avec à leur tête, Abd er Rahman, et au nord contre Charles Martel qui était un des fils naturels de Pépin d'Héristal.

Bourges se retrouva au milieu du conflit, la ville fut prise par Charles Martel, puis reprise par Eudes, lorsqu'ils s'aperçurent qu'ils allaient tout perdre face à ce qui était le péril arabe !

Alors, ils firent alliance et ce fut une des plus célèbre bataille de France, en tout cas connue par tous les petits écoliers de l'école primaire :

Charles Martel et Eudes d'Aquitaine stoppèrent les arabes et l'avance islamique à Poitiers en 732 " contre leur ennemi commun qui menaçait tout le territoire français et l'Eglise chrétienne ", comme l'ont dit Suzanne Portier dans un opuscule de l'Office de Tourisme de Bourges dans les années 1950.

Une fois ce danger conjuré les combats fraternels se poursuivirent entre le fils de Charles Martel cette fois et le fils de Eudes qui se nommait Hunald. Et le fils de Charles Martel n'était autre que Pépin le Bref, et c'est lui qui brûla les faubourgs de la ville de Bourges, avant de poursuivre ses conquêtes vers le sud de l'Aquitaine.

Hunald, peut être pris de remords, se fit moine et c'est son fils, Waifre qui poursuivit ce combat.

En 760, c'est le Berry tout entier qui fut l'objet de combats et de pillages par Pépin le Bref, donc le pouvoir royal, et il mit le siège devant Bourges. La ville étant défendue par un conte, Hunibert, lequel commandait alors les troupes d'Aquitaine.
Pépin le Bref prit la ville et s'en alla poursuivre les Aquitains de Waifre, et c'est à la mort de ce dernier que l'Aquitaine se retrouva dans le Royaume franc, avec pourtant une prérogative consistant en une certaine indépendance, d'esprit en tout état de cause.
Les Aquitains ne changèrent rien à leur habitudes, et conservèrent le droit romain, et ils considéraient les représentant et les gens du Royaume franc comme des barbares !

Pépin le Bref ne voulant sans doute pas passer pour un sinistre barbare, fit construire dans Bourges un Palais dans un espace situé dans la ville ancienne, à l'intérieur des remparts et où se trouve aujourd'hui, la préfecture et le palais du duc Jean.

Il habitat ce Palais, en particulier avec la reine Bertrade pendant une bonne année, de l'été 767 au Printemps 768. On dit qu'il y fêta Noël.

Après Pépin le Bref, chacun sait que le suivant est parmi les plus connus des différents rois des Francs, avant le royaume de France, et il s'agit de Charlemagne. On peut dire que pendant cette période, Bourges et le Berry vécurent des jours calmes et heureux sans trop de guerre : la paix était enfin revenue.

Un royaume d'Aquitaine fut créé par Charlemagne pour un de ses fils, Louis le Débonnaire.

La fin des carolingiens

La dynastie des carolingiens se termine, on peut noter

Pépin 1 er , fils de Louis le Débonnaire
Puis après Pépin 1 er se trouve le fils Pépin 2.

Charles le Chauve va combattre ce Pépin 2 pour récupérer l'Aquitaine et il prend Bourges en 849.

Bourges et le comté, dans cette période peu connue, c'est à dire sous le règne de Charles le Chauve, à un nommé Gérard de Roussillon qui lutta contre son suzerain, et aussi contre les Normands, c'était vers 867.

Bourges ne faisait pas partie de la Francia, mais c'était assez compliqué puisque la ville était la capitale de l'Aquitaine Première et elle était placée sur le plan civil sous l'autorité d'un comte et c'est l'archevêque qui avait l'autorité religieuse. Et c'est ce dernier qui bénéficiait de la réelle autorité. Le comte de Bourges quel qu'il soit était un personnage trouble qui s'occupait de faire la guerre et de nouer mille et une intrigues.

Les Normands vont revenir et piller Bourges encore à plusieurs reprises, en 873 et en 916.

Et puis las de toutes ces querelles le fils de Charles le Chauve qui s'appelait Louis le Bègue, décidément, ils avaient des patronymes qui n'étaient pas en leur faveur, bref, ce Louis décida de supprimer tout simplement le royaume d'Aquitaine, et il plaça tout ceci sous la bannière du royaume. Incluant bien entendu Bourges.

Avec la fin des carolingiens, l'Aquitaine fut morcelée, éclatée, et une partie s'en allait vers l'Espagne, une autre avec Toulouse prenait son indépendance et il ne restait que Poitou, Berry, Limousin, Périgord, Aunis, Saintonge, Quercy, Agenais et Bordelais.

L'arrivée des capétiens

C'est avec Louis V que se termine le règne de la dynastie des mérovingiens et arrive les capétiens, ce qui va nous emmener jusqu' à la révolution française… et un peu après.

Les seigneurs du royaume ne vont pas accepter l'oncle de Louis V, qui était Charles de Lorraine, et comme pour un président de la république, ils votèrent pour élire l'un d'entre eux, qui fut le duc Hugues, lequel sera couronné le 3 juillet 987 à Noyon.

Le nom de Capet, vient…. Simplement de la cape qu'il portait , c'était en fait une chape portée par les abbés laïcs.

Le Berry est alors coupé en deux, le bas Berry demeure dans l'Aquitaine alors que Bourges entre dans le royaume de France.

à suivre

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici

 

 

Site référencé par Bourges.net