L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES

GENERALITES SUR L'ALCHIMIE
Par Roland NARBOUX

Bourges est bien la capitale de l'alchimie... mais il faut avoir quelques connaissances générales sur le Grand Oeuvre et la Pierre philosophale.

 RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

Version 2009

Avant de se pencher sur l'alchimie dans Bourges, cité première, il est nécessaire, pour les non-initiés à cette "science" de donner des informations générales sur ce que fut l'alchimie au cours de l'histoire, sur les pratiques et sur les "grands" de l'alchimie.

Ensuite, chacun pourra aller sur l'alchimie dans Bourges. en cliquant ci-dessous :RETOUR A L'ARTICLE ALCHIMIE A BOURGES

 

EN SAVOIR PLUS SUR L'ALCHIMIE EN GENERAL

      L'ALCHIMIE, VOUS CONNAISSEZ ?
      LES ORIGINES DE L'ALCHIMIE
      L'ALCHIMIE ARABE
      L'AGE D'OR DE L'ALCHIMIE
      LES GRANDS DE L'ALCHIMIE
      LES TRAITES DE L'ALCHIMIE :
      LE LIVRE MUET, MUTUS LIBER

L'ALCHIMIE, VOUS CONNAISSEZ ?

Il est des domaines qui ne peuvent pas être traités de manière objective. L'alchimie en est un, car il y a les adeptes et les autres, à l'image d'une secte, le danger en moins, car on prend surtout le risque de se brûler les doigts. Mais les adeptes ont fait rêver pendant des millénaires tant de gens, l'alchimie est si mystérieuse.

L'Alchimiste, c'est celui qui trouve la pierre philosophale, et dans ce concept chacun peut y mettre ce qu'il veut. Pour les uns, c'est l'immortalité, la fin des souffrances, c'est le breuvage constitué avec des produits bien spéciaux et qu'il faut absorber pour demeurer toujours jeune et en bonne santé, jusque dans la nuit des temps .... Beau programme.
L'alchimie c'est aussi la transmutation des métaux. Dans son atelier mystérieux, au milieu des cornues et autres alambics, l'alchimiste transforme par la température les matériaux vils en argent ou en or, c'est alors la richesse et les honneurs.
L'alchimie c'est enfin la transformation, non pas des corps, mais des âmes, et c'est le moyen de devenir meilleur, c'est à dire un sage.

Dans son ouvrage, un roman récent intitulé justement l'alchimiste, Paulo Cuelho en parle de la manière suivante :


" Les alchimistes étaient des hommes qui avaient consacré leur vie tout entière à purifier des métaux dans les laboratoires ; ils croyaient que si l'on cuisait un métal pendant des années et des années, celui-ci finirait par se libérer de toutes ses propriétés spécifiques, et qu'alors il ne resterait plus à sa place que l'Ame du Monde. Cette Chose Unique devait permettre aux alchimistes de comprendre tout ce qui existait sur terre, car elle était le langage grâce auquel les choses communiquaient entre elles. C'était cette découverte qu'ils appelaient le Grand Oeuvre, constitué d'une partie liquide et d'une partie solide ".


et le romancier poursuit encore quelques lignes plus loin :


" L'alchimie est un travail sérieux. Il est indispensable de suivre chaque phase du processus, comme les maîtres l'ont enseigné. "
" C'est ainsi que le jeune homme découvrit que la partie liquide du Grand Oeuvre était appelée Elixir de Longue Vie, et cet élixir non seulement guérissait toutes les maladies, mais empêchait aussi l'alchimiste de vieillir. Quant à la partie solide, on la nommait Pierre Philosophale ".

" Les alchimistes restaient plusieurs années dans leurs laboratoires, à observer le feu qui purifiait les métaux.... Peu à peu, ils en venaient à abandonner toutes les vanités du monde. Alors, un beau jour, ils s'apercevaient que la purification des métaux, en fin de compte, les avaient purifiés eux-mêmes "

L'Alchimie est donc une Pratique, il faut rechercher la Pierre Philosophale avec ses 2 formes :


- la transmutation des métaux en or
- la recherche de l'élixir de longue vie et de bonne santé.

Mais c'est aussi une forme mystique, c'est aussi l'or spirituel, c'est la transformation de l'homme en un être humain authentique, en quelque sorte un sage.

Et il y a aussi la recherche de l'unicité. C'est le développement unitaire de la connaissance.
Il y a une parfaite communion entre le travail sur les métaux ou les élixirs avec les métaux vils qui se transforment en or et la même transformation de l'homme qui devient aussi, par transformation meilleur.

LES ORIGINES DE L'ALCHIMIE

Le mot Alchimie proviendrait de l'Arabe Al Kimiya qui signifierait selon les auteurs :
suc
fusion
noir
tenir secret
la Kimiya voulait dire la " terre noire ", c'est à dire l'Egypte
cette science fut révélée aux hommes par le dieu Hermès, d'où le vocable courant de philosophie hermétique ( venant d'Hermès).
Ils possédaient le savoir et la science, sur terre et dans tout l'univers qu'ils savaient expliquer.

Comme toujours dans les recherches de ce type, il y a de nombreuses versions,

Selon un alchimiste alexandrin Zosime de Panapolitain, c'est Chémes ou Chymes qui aurait été le fondateur de la science. Or Chemesch en hébreu signifie " soleil "

L'alchimie fut pratiquée en Chine et en Inde bien avant notre ère, cela est fortement enraciné dans les techniques magiques des confréries de forgerons. Celui qui détenait la maîtrise du feu et du travail des métaux par le feu, pouvait être capable de fabriquer des armes, cela lui conférait un pouvoir magique, il était sensé avoir un savoir mystérieux.
Les alchimistes prendront la suite des forgerons. Ils ajouterons alors, sous l'influence taoïste, des principes plus spirituels, avec l'immortalité et l'élixir de Longue Vie. Ils vont créer aussi un mode de vie basé sur des techniques psychiques et physiques pour prolonger la vie. C'est simplement une élémentaire hygiène de vie, mais cela date de 3 siècles avant JC.

Et puis comme nous sommes en Chine, ces aspects concrets de transformer les métaux, et de l'élaboration de la cinabre lasseront les alchimistes qui se tourneront davantage vers la contemplation et l'ascétisme.

En INDES, l'évolution sera assez proche, l'alchimiste va souhaiter assez vite se libérer des contingences matérielles et élever son âme. C'est le début de ce qui est devenu le Yoga.
L'alchimiste et le yogi tendent à anticiper sur les transformations naturelles de la matière, à l'épurer, à la modifier afin de réaliser l'union du microcosme et du macrocosme. Il faut libérer l'énergie pour illuminer l'âme de l'adepte.

mais c'est à Alexandrie que naquit cette " science " du 3 ° au 8 ° siècle après JC. Il faut dire que cette cité était la capitale des savants, poètes, philosophes, astronomes et mathématiciens du tout le monde d'alors.
La bibliothèque d'Alexandrie rassemblait tous les ouvrages possibles sur ces sciences.

L'ALCHIMIE ARABE

C'est en effet ainsi que nous arrivera par l'intermédiaire des Arabes du XIII ième au XVI ième siècle l'alchimie. Elle commencera à décliner à la fin de la Renaissance alors que la chimie proprement dite se développait.

Ils ont eu la chance de pouvoir travailler leur art en dehors des pressions de la religion.
Ils sont à l'origine de nombreuses inventions de matériels comme Jahir ibn-Hayyan qui met au point la distillation en utilisant :
- la cucurbite surmontée d'un alambic.
- le mortier pour la trituration des solides
- des accessoires pour les sublimations, calcinations,... etc

Jahir ibn-Hayyan fut le plus grand des maîtres de l'alchimie et de la chimie car il n'y a pas beaucoup de différence entre les deux. Son nom exact a fait l'objet de plusieurs versions. Il serait né en 725 à Coufa (ou Koufa) en Iraq, et mort en 812.
Sous son emprise, des ouvrages sont écrits, il y en a eu plus de 3000 titres traitant de l'alchimie, il ne nous en est resté que 215.

Le nombre de terme arabes passés dans notre langage est considérable, Alambic, alcali, alcool, élixir, drogue, benzène, laque, soude, alun, antimoine, et des centaines d'autres ont été légués par les savants arabes chimistes.
Ils surent préparer les sels d'amonium, l'acide nitrique, le nitrate d'argent, le minium et l'orpiment qui est un sulfure d'arsenic utilisé dans les peintures et dans les tanneries.

L'AGE D'OR DE L'ALCHIMIE

C'est entre le 12 ième et 16 ième siècle que se développe l'Alchimie en Occident, c'est à dire de 1100 à 1580 environ.
On cerne mal le poids de la réalité et celui de la légende. Les alchimistes peuvent être savants, philosophes, prêtres ou même papes ou roi. L'image qui apparaît au XX ième siècle, si rationnel, est beaucoup plus négative, on évoque davantage les charlatans et les escrocs que les savants. Et comme dans toute activité humaine, du commerce à la banque en passant par l'art et la science, il y a des malhonnêtes, l'alchimie n'échappe pas à cette règle.
Mais assez vite, les alchimistes durent se cacher, car l'Inquisition n'aimaient pas les mystères. Pouvant être accusés de sorcellerie ou de magie, les alchimistes se retirèrent dans l'ombre de leurs laboratoires.

LES GRANDS DE L'ALCHIMIE

Parmi les " grands hommes " qui ont marqué l'alchimie, on ne retient généralement pas beaucoup de noms. Certains sont connus, souvent parce qu'ils ont réalisé et qui est resté dans la science actuelle.
On peut noter d'une manière arbitraire et subjective, parmi les alchimistes célèbre, quelques noms comme :

Albert le Grand 1193 - 1280.
C'était un alchimiste allemand très influent à son époque dans le monde occidentale. Dominicain, maître de St Thomas d'Aquin, il fut plus chimiste qu'alchimiste, il s'intéressa beaucoup à la sublimation, à la séparation des éléments et étudia les moyens d'y parvenir au plan des instruments à mettre en oeuvre. Il faisait ce que nous appellerions de la science appliquée.
C'est lui qui décrivit la technique du bain-marie, largement utilisé depuis des siècles, aussi bien dans les laboratoires que dans les cuisines de nos ménagères.
Il traita aussi d'imposteurs ceux qui prétendaient faire de l'Or.

Raymond Lulle 1235 - 1315
Alchimiste catalan, né à Palma de Majorque, il était médecin, très croyant, c'était un religieux, un apôtre qui mourut à 80 ans en Afrique où il était allé évangéliser le pays. Il n'était pas loin d'avoir découvert l'élixir de longue vie !
Il a beaucoup écrit et voyagé, on lui connaît 500 écrits.
Il désignait les objets et corps par des signes, comme carré, triangle, cercles...

Nicolas Flamel 1330 - 1417
C'est sans aucun doute le plus connu en France des alchimistes. Il est né dans la région parisienne, à Pontoise et il est mort à Paris. C'était un écrivain qui fut juré de l'Université de Paris. Il fait partie de ces alchimistes qui ont beaucoup " laissé parler ", et c'est une démarche assez typique
Il avait acquit une très grosse fortune, ce qui fait que l'on dit de lui qu'il avait bien trouvé la pierre philosophale.

Paracelse de son vrai nom Théophrastus Bombastus von Hohenheim est né à Zurick vers 1493.
C'est le père de la médecine hermétique, c'est lui qui ouvre la voie à la thérapeutique chimique.
Il fut titulaire de la première chaire de chimie crée au monde à Bâle en 1527.
Il avait des théories sur beaucoup de choses, il décrivit les moyens de produire artificiellement un être humain, ça ressemble étrangement aux bébé éprouvette des années 1980.
Il utilisa de nombreux composés chimiques comme médicaments, il utilisa les sels de mercure pour lutter contre la syphilis, il tenta aussi d'extraire des plantes les principes actifs.

Henri Corneille Agrippa 1486 - 1535

Basile Valentin, alchimiste du XV ième siècle, né en Alsace, il étudia l'antimoine qu'il utilisa comme médicament, c'était souvent utilisé comme vomitif, et il aida à préparer l'acide Chlorhydrique.

Geber dont le nom est plus compliqué, puisqu'il s'agit de Abu Musa Djabir al-Sufi est un alchimiste arabe né sur l'Euphrate, il vivait vers l'an 800. Il sera considéré au Moyen Age comme le maître des alchimistes. IL écrira beaucoup d'ouvrages dont beaucoup sont perdus. Il a écrit un livre de chimie, le premier sans doute, et il aurait découvert l'acide sulfurique et l'acide nitrique. Il a décrit la fabrication de l'acier, la teinture du drap et du cuir, la distillation du vinaigre pour obtenir l'acide acétique.

Et puis c'est aussi le XX ième siècle avec un personnage étonnant dont nous aurons à reparler, il s'agit de Fulcanelli et de son disciple Canselier.

Pendant tout le siècle, ces deux personnages vont remettre à l'ordre du jour des préoccupations de l'homme l'alchimie, et dans la seconde moitié du siècle, l'avènement de Pauwels et Bergier et de leur ouvrage de 1963 " Le Matin des Magiciens ", suivi pendant de longues années de la revue Planète ouvriront la porte à une très large public sur l'alchimie et le reste, occultisme, extra terrestres et j'en passe.

On dit aussi que les Alchimistes écrivaient souvent sous un pseudonyme, ainsi Eyrénée Philalèthe qui a écrit " l'Entrée ouverte au palais fermé du Roi " signifie " le pacifique ami de la vérité ".
C'est le cas de Basile Valentin que l'on peut traduire par " puissance royale " ou encore Nicolas Flamel qui a bien existé sous ce nom, se traduit pas " feu mystérieux ".Plus près de nous Fulcanelli, c'est Vulcani-Hélios, ce qui donne le Feu divin.

Il faut savoir aussi que beaucoup de traités sur l'alchimie furent publiés sous forme de pseudonyme. Et puis une règle hermétique voulait que l'adepte ayant accompli jusqu'à son terme l'oeuvre philosophale change de nom et disparaisse dans les ténèbres de l'oubli.

LES TRAITES DE L'ALCHIMIE :

Le nombre de traités sur l'alchimie est considérable.
Alors me direz-vous, avec toute cette documentation, on ne comprend pas que l'on ne puisse pas trouver la gamme de fabrication de l'Oeuvre et transformer le plomb en or.
Et puis ceci ne devait-t-il pas rester secret ? alors pourquoi écrire ?
Le grand commandement éthique qui était imposé aux Alchimistes était d'être " charitable " et " envieux ". Il devait partager avec d'autres la sagesse, mais ne pas autoriser la divulgation au premier venu des techniques.
Donc il fallait fournir des indications pratiques pour les " frères " et accéder à la vrai fraternité des philosophes et séparer le bon du mauvais pour la suite.
Comment lire les traités ? ce n'est pas simple, en effet, il n'y a pas de logique.
Les expressions sont souvent sibyllines, il y a aussi de longs chapitres sur la métaphysique, sur le cosmos, des digressions qui déroutent le lecteur.
Des textes sont parfois insérés pour abuser le lecteur profane.

Le langage utilisé était très ésotérique, il y avait un double cryptage :
- l'utilisation de symboles comme les dieux, les animaux fantastique, les monstres. Leurs rapports dévoilaient des principes et des opérations.
- le mode d'expression était de type labyrinthique, les successions chronologiques et la concaténation des causes n'était pas logique.

Une opération décrite en son milieu, puis on allait à la fin, on revenait vers le début et ainsi de suite.
C'est sans doute le problème des caissons du plafond de l'Hôtel Lallemant.
De même un processus pouvait se décomposer en différentes phases et se disperser dans un texte.

Et puis la plus grosse difficulté c'est que dans la langue des alchimistes, un seul terme n'a pas toujours la même signification.

Le reproche qui est fait souvent à l'alchimie, c'est un certain refus de la méthode scientifique et de l'esprit critique. Il y a de la foi et de la magie dans tout ce qui se fait. La transmission de la connaissance se faisait avec une confiance aveugle sans vérification sérieuse.
Il y a un côté totalement irrationnel dans certaines approches.
Ainsi, les concepts étaient souvent un peu approximatifs, " l'or est lourd, le plomb aussi, les deux métaux contiennent donc le même principe Lourd ".
C'est simpliste, mais pas si idiot que cela. Ils n'avaient pas découvert l'atome ou le neutron.

Et puis parfois c'était plus cocasse, il est apparu un jour dans les traités, le mot " alkahest " qui selon les auteurs était le dissolvant universel.
Un produit extraordinaire, et les études et recherches sur ce produit se multiplièrent.
Et puis, un jour un alchimiste moins crédule que les autre se demanda si ce dissolvant universel existait, il dissolvait tout, mais alors, dans quoi le mettre et le conserver ?

Il y avait donc, dès l'origine une volonté affirmée de conserver ce mystère. L'alchimie se voulait secrète.

LE LIVRE MUET, MUTUS LIBER

C'est un ouvrage curieux qui doit date de 1677, et réédité par JJ Pauvert avec une introduction et des commentaires d'Eugène Canselier, le disciple de Fulcanelli.

Ce livre est en effet curieux, car c'est un traité d'alchimie qui ne comprend aucun texte, il n'y a que des gravures.
Pour Canselier, cet ouvrage s'apparente à deux plafonds ornés dont celui de l'Hôtel Lallemant de Bourges.
Ce livre mêle un aspect sans doute philosophique avec des spéculations sur les travaux de laboratoire
Il aurait été écrit par Jacobus Sulat, en 15 scènes figuratives du Grand oeuvre, lesquelles ne se succèdent pas dans l'ordre des opérations. Nous sommes en dehors de la logique la plus élémentaires.

En fait c'est un livre qui doit faire penser et réfléchir, chacun trouvera le sens qu'il veut bien donner aux figurines. C'est le célèbre " cherches et tu trouveras ".

LES GRANDES DEMEURES ALCHIMISTES

Fulcanelli et Canseliet ont répertorié un certain nombre de demeures en France qui possèdent des sculptures, des peintures, des plafonds avec des symboles qui montrent par leur iconographie ce qu'est le Grand Oeuvre.

Parmi ces demeures, on note :


- le manoir de la Salamandre à Lisieux
- le château de Dampierre sur Boutonne ( Charente Maritime)
- La maison d'Adam et Eve au Mans
- La maison de Nicolas Flamel à Paris
- Le château du Plessis-Bourré en Anjou,
 

et puis deux monuments mis en avant :


- Le Palais Jacques Coeur
- l'Hôtel Lallemant

tous deux situés à Bourges et sur lesquels les chercheurs se sont longuement interrogés.

Mais Bourges doit-il se considérer comme une grande cité de l'alchimie, je crois qu'il faut répondre par OUI. Dans tous les ouvrages sur le sujet, la capitale du Berry est présente.

RETOUR AU SOMMAIRE

 

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Cliquer ici

 

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alchimie

Site référencé par Bourges.net